Replay du samedi 12 décembre 2020

le recyclage des terres artificielles et la rénovation de friches urbaines en chantier...

- Mis à jour le

Terre de Touraine revient sur le sujet de l’urbanisation des terres agricoles avec ce grand titre à la Une cette semaine : « Artificialisation : stop ou encore ? »

Recyclage des terres
Recyclage des terres

Et j’y reviens à l’occasion d’une conférence qui s’est tenue sur le sujet au salon national des maires fin novembre mais aussi car le sujet nous concerne ici. Il suffit d’écouter France Bleu Touraine pour savoir que l’actualité tourangelle est brûlante sur le sujet. 

Oui mais Philippe il faut bien réaliser notre transition énergétique, et faire tourner l’économie ?  

Oui sauf que la terre c’est l’outil de travail des agriculteurs, celui qui nous nourrit. La profession agricole n’est pas figée quand la qualité agronomique des terres est mauvaise pour la culture mais elle ne souhaite pas que les élus tapent dans la butte d’un patrimoine foncier qui n’est pas inépuisable.  

Mais alors revenons à nos moutons. Quelle est la conclusion de cette conférence du salon des maires dont le thème était « comment mettre en œuvre une politique foncière sur les territoires ».  

Eh bien que le recyclage est aussi possible en matière de foncier. Que la société si elle le décide peut stopper sa consommation effrénée de terrains agricoles et même parfois rendre à l’agriculture des terrains. C’est totalement en phase avec le plan de relance, adopté cet été. Il a débloqué près de 260 M€ pour le recyclage des terres et la rénovation de friches urbaines. L’exemple de la ville d’Anor dans le département du Nord est un cas d’école. En trente ans, elle s’est régénérée en reconvertissant cinq friches industrielles sans consommer un hectare de terre agricole en plus. 

Et pour aller dans votre sens Philippe, j’ajouterai que dorénavant le développement urbain devra respecter le plan de biodiversité adopté en 2018.  

Vous êtes bien informé Alain car le volet foncier de ce plan vise à réduire de 50 %, d’ici 10 ans, le rythme d’artificialisation des terres avant d’atteindre « zéro artificialisation nette » avant 2050. A cette date, tout hectare de terre artificialisé devra être compensé par un hectare recyclé ou revalorisé.  La trajectoire à suivre pour atteindre « zéro artificialisation nette » s’appuiera notamment sur des schémas régionaux d’aménagement nommés SRADDET. En 2021, un projet de loi sera présenté à l’Assemblée nationale pour renforcer ces mesures. Il s’inspirera des recommandations de la convention citoyenne sur le climat à propos du foncier.  

C’est carrément un changement de modèle de développement qui s’amorce alors ? 

Tout juste et l’Etat compte s’appuyer sur les programmes lancés avec succès dans certaines collectivités territoriales pour accompagner les territoires engagés dans la sobriété foncière. Le mot est lancé. Dans les Hauts de France, 450 opérations sont en cours pour requalifier vers de nouveaux projets du foncier industrialisé après avoir déconstruit et souvent dépollué. L’enveloppe du plan de relance consacrée au recyclage de foncier permettra aussi de restaurer la vocation agricole de certaines friches. Une bonne nouvelle pour Henry Frémont. Pour le président de la Chambre d’agriculture la terre est un patrimoine vital à sauvegarder. Et je le cite : Si les mentalités n’ont pas encore fondamentalement changé, les lignes bougent. La prochaine bataille à mener dit-il portera sur le retour à l’agriculture des friches industrielles. La profession doit acquérir une expertise sur le sujet    

Mots clés: