Replay du samedi 27 mars 2021

Est-ce que les éco-régimes favorisent une perte de revenus pour nos agriculteurs ?

- Mis à jour le

le revenu de l'agriculteur serait impacté par les systèmes d'éco-régimes et ne serait pas forcément favorable dans la lutte contre le réchauffement climatique...

les écos-régimes peu favorables aux agriculteurs tourangeaux
les écos-régimes peu favorables aux agriculteurs tourangeaux

Un grand titre à la Une de Terre de Touraine, " PAC & éco-régimes : les agriculteurs au pain sec ? "

Bonjour à toutes et à tous ; Oui et ce titre mérite quelques explications. La PAC, c’est la politique agricole commune à tous les pays de l’Union. Ses orientations sont rediscutées régulièrement entre les Etats, le Parlement et la Commission. C’est le cas actuellement et la concrétisation définitive de la version 2023-2027 est lancée. D’âpres négociations sont en cours dans le cadre des marges de négociation laissées par l’Union.

Mais vos titres portent un regard plutôt sévère sur la discussion en cours. En haut de la page 3 on lit Les éco-régimes, le futur « machin » de la PAC 

Oui c’est un clin d’œil à l’esprit critique et éclairé d’un certain Charles de Gaulle évoquant l’ONU. L’analyse des organisations agricoles est que des parlementaires européens aux racines souvent urbaines cherchent à imposer une politique agricole commune dont le modèle socio-économique n’a pas été testé. Dans leur ferveur verte, les députés oublient l’un des fondements du traité de Rome, le revenu du citoyen-agriculteur.  Les contraintes de l’éco-régime signifient concrètement des pertes de revenus sans réel impact positif sur la lutte contre  le  réchauffement.

Et comment le Parlement européen peut-il influer sur un système d’écorégimes plus ou  moins marqué.

Par le vote d’une recommandation plaçant le curseur à 35% du budget de la PAC fléché vers l’éco-régime alors que la Commission de Bruxelles conseille 20%, justement pour permettre aux agriculteurs de prendre la virage environnemental sans trop de dégâts dans les trésoreries. Pour les organisations agricoles, les niveaux de contraintes élevés souhaité par les parlementaires sont jugées inatteignables pour la majorité des agriculteurs en place. 

Mais c’est quoi au juste ces éco-régimes ? 

Il s’agit de mesures que chaque état membre mettra en place pour verdir à sa sauce son agriculture. L’éco-régime  est  censé «  rémunérer  les  services  rendus  pour le maintien  ou  la mise en place par les agriculteurs de pratiques favorables à l’environnement . Les enjeux ; le climat, la biodiversité,  la réduction  des intrants et la protection  des ressources  naturelles. En pratique tout cela peut être formalisé par des certifications comme la HVE, la haute valeur environnementale ou bien la culture sans intrants de synthèse ou encore un label bas carbone. L’éco-régime inclut aussi la diversification des cultures, le non-labour, l’agroforesterie et la plantation de haies. Chaque année, l’agriculteur pour bénéficier du soutien de la PAC devra indiquer ses choix, une partie l’enveloppe pourrait être dédiée à un bonus. Mais si ce mécanisme complexe nommé « écoshesmes » dans le jargon bruxellois, part de bonnes intentions, toute cette théorie pourrait rapidement se transformer en machine d’exclusion. Pour les agriculteurs, la fonte de revenu calculée par les organisations professionnelles pourrait atteindre jusqu’à 80€/ha, soit près de 15 000€ par an pour une ferme tourangelle par l’ajout de ces nouvelles contraintes. 

Et vous écrivez en légende d’une photo montrant des agriculteurs dans une bétaillère devant le siège de la Commission : « Dans leur ferveur verte, les députés oublient l’un des fondements du traité de Rome, le revenu du citoyen agriculteur ».

Exactement car l’objectif premier des pères de l’Europe était d’assurer un revenu digne aux agriculteurs. Les décideurs politiques semblent l’avoir oublié.