Le dossier du jour de France Bleu Drôme Ardèche

Du lundi au vendredi à partir de 9H00

.
. © Radio France - .

Objets connectés, téléphones et smartphone, télés...

Diffusion du mercredi 4 décembre 2019 Durée : 37min

A quelques jours de Noel, Pascal Estrand, responsable des produits technique de la Fnac de Montélimar vous renseigne : Enceintes, Google Home, casques ( audio et de réalité virtuelle), téléphone portable, téléviseur…

Les enceintes connectées :

Le fait de parler à une machine apparaît comme une réelle innovation, relativement bien acceptée par les utilisateurs. La manière d’interagir avec un assistant vocal varie selon le statut accordé par l’utilisateur à l’assistant (objet qui exécute des instructions, ou sorte de concierge ou de compagnon numérique). 

Siri, Google Assistant, Alexa et Cortana sont les principaux assistants vocaux généralistes disponibles en France. La version française de Siri, l’assistant vocal d’Apple, est disponible depuis 2012. Amazon a lancé Alexa en France en 2018, soit quatre ans après son lancement aux États-Unis. Google Assistant, l’assistant vocal de Google, est disponible en français depuis 2017. Il avait été lancé en 2016 en anglais aux États-Unis. Microsoft a développé Cortana, un assistant vocal davantage à destination des entreprises que des utilisateurs finaux. Certains équipementiers ont également leur propre système de commande vocale propriétaire, généralement limité à quelques fonctionnalités basiques selon le terminal équipé.

Une trentaine de modèles d’enceintes connectées sont disponibles sur le marché français. En France, les acteurs sont arrivés sur le marché plus tardivement, avec le lancement des enceintes de Google en août 2017, puis de celles d’Amazon et d’Apple en juin 2018. Fin 2018, une trentaine de modèles d’enceintes connectées étaient disponibles sur le marché français, à des prix allant de 49,99 euros à 649 euros. Commercialisées par une quinzaine d’acteurs différents, toutes, à l’exception de l’enceinte HomePod d’Apple, intègrent les assistants vocaux de Google ou d’Amazon. En février 2019, un internaute français sur dix possédait au moins une enceinte connectée Google Home, Amazon Echo, ou Apple HomePod. 

Les utilisateurs d’enceintes connectées sont de gros consommateurs d’offres audiovisuelles : 77 % des personnes équipées d’enceintes connectées sont abonnées à une offre de télévision payante, de vidéo à la demande par abonnement (VàDA) ou de musique en ligne (contre 46 % pour l’ensemble des internautes français). Bien que fortement abonnées à des offres légales, les personnes interrogées utilisant un assistant vocal ou une enceinte connectée ont aussi tendance à consommer plus souvent des biens culturels en ligne de manière illicite, quel qu’en soit le moyen : 42 % des utilisateurs réguliers d’enceinte connectée déclarent des pratiques illicitessur Internet, 39 % des utilisateurs d’assistant vocal sur smartphone et 28 % pour les internautes en général en février 2019 (sans qu’un lien de causalité ne s’établisse toutefois). Les usages sur les enceintes connectées sont encore relativement basiques, en dehors de quelques profils initiés qui ont paramétré leurs enceintes pour en utiliser les fonctionnalités les plus avancées. La météo et la recherche d’informations sur Internet sont les services les plus utilisés, devant la consommation de services audiovisuels et culturels (musique et radio notamment), qui concernent 95 % des utilisateurs. Les services liés à la domotique ne concernent pour l’heure que 36 % des utilisateurs réguliers. Parmi les pratiques culturelles, l’écoute de musique est de loin la plus répandue : la musique concerne 89 % des utilisateurs réguliers d’enceintes connectées. Ces terminaux semblent intensifier les usages médias et culturels pour deux tiers des utilisateurs (64 %). 52 % des utilisateurs affirment que leur écoute de musique en ligne a augmenté depuis qu’ils ont une enceinte connectée, 30 % des utilisateurs ont vu leur durée d’écoute de la radio s’allonger (17 % pour les podcasts).

Pour conduire cette étude, l’Hadopi et le CSA se sont appuyés sur des rencontres avec des professionnels du secteur, des analyses des situations internationales ainsi que sur la réalisation d’études qualitative et quantitative confiées respectivement à l’Ifop et à Harris Interactive.