Replay du jeudi 7 janvier 2021

« Janvier sobre », un mois pour revoir sa relation avec l'alcool. Etes-vous prêts à relever le défi ?

- Mis à jour le

L'idée est de se tester au moins une fois par an (Janvier sobre), d’acquérir les connaissances essentielles sur l’alcool et l’alcoolisme et de comprendre les situations à risques et les interdits. Laurence Cottet à l'origine de Janvier Sobre vous soutien pour cette 3ième édition 👍

Contenance type boissons
Contenance type boissons © Radio France

Le mot de Laurence

A 59 ans aujourd’hui, je suis dans une abstinence heureuse sans alcool… Après avoir vécu la maladie alcoolique pendant une quinzaine d’années, perdu ma dignité de femme, ma famille, mon travail, j’ai du me soigner durablement.      
Avec l’aide précieuse d’autres malades alcooliques, j'ai créé l’association H3D / France Janvier sobre pour porter le projet citoyen Janvier sobre.

Pourquoi Janvier ? Pourquoi « sobre » ?

Le mois de Janvier est le premier de l’année. Celui des bonnes résolutions que l’on prend pour bien démarrer et laisser derrière soi les dérives de l’année écoulée… et notamment des récentes fêtes parfois trop arrosées ! Dans ces promesses, les objectifs en matière de santé tiennent une place particulière : on va essayer de perdre du poids, de se remettre au sport, d’arrêter de fumer, de se relaxer, de manger moins de viande, de se mettre au « lundi vert », etc. Alors pourquoi ne pas inscrire, dans cette liste bienfaitrice, la résolution de baisser sa consommation d’alcool, voire de s’abstenir pendant un mois ?
L’adjectif  Sobre est défini de cette façon  : « Qui mange ou boit avec modération et en particulier, qui boit peu de boissons alcoolisées[1] ». Nous ne sommes donc pas dans l’interdit ! Il s’agit d’une proposition pour chacun de se positionner par rapport à l’alcool pendant un mois en se fixant son propre défi. Par exemple : ne pas consommer d’alcool pendant la semaine et un verre le week-end, ou pas d’alcool pendant un mois, ou pas d’alcool seul, juste avec des amis, etc.

En vous testant pendant tout le mois de janvier, vous serez capable de répondre à cette question : « Est-ce que je respecte les recommandations actuelles de Santé publique France, “pour votre santé, maximum deux verres par jour et pas tous les jours, en ne dépassant pas 10 verres d’alcool par semaine” » 

Pour en savoir plus :

Laurence Cottet - Patient expert en addictologie 

La boîte à outils des premiers jours d'abstinence à l'alcool à retrouver sur le Groupe d'entraide et d'info

Restez à votre écoute et continuez à avoir confiance en vous. 

Dès les premiers jours d’abstinence, il est essentiel d’être à l’écoute de son corps et de rester « zen » :
Écartez totalement toutes boissons alcoolisées, n’en n’ayez peut être plus chez vous.
Restez à chaque instant relié à un quelqu'un grâce au téléphone. N’hésitez pas à appeler si l’envie de boire vous titille ou à visiter ce Groupe, de nuit comme de jour. Il a été créé pour cela.
Vous êtes peut-être fatigué, ce qui est normal car le « petit moteur-alcool », cet excitant n'est plus là. Il est impératif de s’accorder beaucoup de repos. Exemple : Allongé sur un lit dans un lieu si possible calme, relaxez-vous en écoutant éventuellement des disques préenregistrés qui auto-hypnotisent. 

Appliquez le principe selon lequel la détente du corps entraîne celle de l’esprit. Vous êtes déjà bien plus serein, plus « zen », bien moins agité que d’habitude. Le ton de votre voix est différent, beaucoup plus clair et limpide. 

Mangez au moins trois fois par jour des repas équilibrés pour ne jamais avoir l’estomac dans les talons et si possible, à des horaires réguliers. Ayez sur vous toujours des bonbons, des barres énergétiques ou des fruits de saison. Faites-vous plaisir à grignoter une douceur.

Surtout, précaution indispensable, buvez au moins 2 à 3 litres d’eau par jour afin d’éviter tout risque de déshydratation. Pour rappel, le corps demande habituellement entre un litre et demi à deux litres par jour. Buvez à volonté des jus de fruits, du thé ou du café. 

Regardez-vous dans le miroir plusieurs fois par jour et très vite, constatez le gommage des stigmates de l’alcool sur le visage. Celui-ci se dégonfle, les cernes s’estompent et les rougeurs se dissipent. Ce qui, si vous êtes une femme, est très encourageant. La mine s’éclaircit, reprend de belles couleurs et le corps s’affine.

Dormez tout votre soûl, à n’importe quel moment de la journée si c'est possible.

Prenez l’air et marchez lentement, sans hâte, dans les parcs boisés et les jardins, ou mieux encore, à la campagne. Toujours loin des bistrots des centres villes et de tous lieux publics où des boissons alcoolisées sont servies ou s’achètent. Observez, écoutez les oiseaux et le chuchotement du vent, respirez à fond la nature, oxygénez vos neurones. Fredonnez, votre corps se détend et revit déjà. Contemplez, méditez, vivez au jour le jour, heure par heure. Seule compte votre sobriété.

Si l’anxiété se réveille, qu’elle menace d’aller et venir comme la marée montante, ne restez pas seul. Parlez sans retenue, y compris la nuit.

Ne confiez qu’à quelques amis votre challenge actuel de la sobriété. Ceux qui continueront à vous entourer pour éviter l’isolement et qui respecteront votre défi. Evitez vos compagnes et compagnons de fêtes trop arrosées, sauf si comme vous , ils relèvent le défi du Janvier sobre !

Laurence Cottet et Nelly Sorbier
Laurence Cottet et Nelly Sorbier © Radio France - Nelly Sorbier