Replay du mardi 8 septembre 2020

Relations locataires-propriétaires-agences

- Mis à jour le

Garantie, loyers, bail, état des lieux, charges, caution, travaux, honoraires d’agence…Notre spécialiste Bernard Taddei conseiller juriste de l’Adil a répondu en direct à vos questions autour, notamment, de la répartition des travaux ▼

.
. © Radio France - .

Action Logement se porte garant gratuitement pour couvrir loyers impayés et dégradations locatives

Locataires

Vous avez moins de 30 ans ?
Vous avez plus de 30 ans, nouvellement embauché ou en mutation professionnelle ?

Bénéficiez gratuitement d’un garant fiable et sérieux  - En savoir +

Bailleurs

Vous êtes un particulier ?
Un professionnel immobilier ? Une résidence universitaire… ?

Sécurisez vos revenus locatifs avec un locataire certifié Visale - En savoir +

L’ADIL réunit l’État, les collectivités locales, Action Logement, des organismes d’intérêt général, des professionnels publics et privés concourant au logement et des représentants des usagers. Agréée par l’État, l’ADIL s’appuie sur le centre de ressources de l’ANIL (Agence nationale pour l’information sur le logement) et vous offre un conseil complet, neutre et gratuit sur toutes les questions juridiques, financières et fiscales concernant votre logement.

Pour en savoir plus : ADIL 26  : 75 79 04 04 

LE LOGEMENT NON DÉCENT :  

Vous pouvez bénéficier d’un conseil complet, neutre et gratuit auprès de votre ADIL, consultez-la. Si le logement ne satisfait pas aux conditions de décence, le locataire peut demander, à tout moment, sa mise en conformité sans remettre en cause la validité du bail en cours. À défaut d’accord ou de réponse du bailleur dans le délai de deux mois, le locataire peut saisir la Commission départementale de conciliation (CDC) ; le locataire peut également recourir à la justice pour obliger le bailleur à faire réaliser les travaux. La non-décence d’un logement peut aussi conduire à la consignation des aides au logement jusqu’à la réalisation des travaux. (Renseignez-vous auprès de votre ADIL).

En cas de litige, le locataire comme le bailleur peuvent saisir le conciliateur de justice ou la Commission départementale de conciliation (CDC). Saisie gratuitement, la CDC a pour rôle de trouver un accord entre le propriétaire et le locataire. En cas d’échec de la conciliation, le juge du tribunal d’instance peut être saisi. (Renseignez-vous auprès de votre ADIL). Des procédures simplifiées sont possibles. Le juge pourra obliger l’une des parties à exécuter son obligation, résilier le contrat en cas de manquement grave et, le cas échéant, condamner au paiement de dommages et intérêts. Dans certains cas, un mandat peut être donné à une association pour agir en justice.

Les obligations du locataire :

Le locataire paie le loyer et les charges au terme convenu dans le bail. Il entretient le logement et y réalise les réparations locatives qui relèvent de sa responsabilité (cf. dépliant « Charges et réparations locatives »). Il utilise son logement paisiblement, en respectant la destination qui lui a été donnée par le bail (habitation ou mixte), ainsi que le règlement de copropriété. Il souscrit une assurance contre les risques locatifs(dégâts des eaux, incendie, explosion, vol …) et le bailleur peut lui demander, chaque année, un justificatif de cette souscription. Une clause peut prévoir la résiliation du bail en cas d’absence d’assurance. Le bailleur peut également la souscrire pour le compte du locataire, après une mise en demeure. Le locataire est responsable des dégradations et pertes intervenues dans le logement sauf si elles sont dues à la force majeure, à une faute du bailleur ou du fait d’une personne que le locataire n’a pas introduite chez lui. Il est interdit de transformer le logement, ou les équipements, sans l’accord écrit du bailleur. Dans le cas contraire, au moment du départ, celui-ci peut conserver le bénéfice des transformations sans indemniser le locataire ou exiger la remise en état initial des lieux. S’il s’agit d’adapter le logement à un handicap ou à une perte d’autonomie, l’absence de réponse du bailleur quatre mois après la demande écrite du locataire vaudra acceptation et le locataire pourra réaliser les travaux. Le locataire ne peut pas s’opposer aux travaux de réparation ou d’entretien du logement, d’amélioration des parties communes ou de la performance énergétique qui nécessitent une intervention dans le logement. Il peut demander au bailleur une diminution du loyer, si ces travaux durent plus de 21 jours et la résiliation du bail, s’ils rendent le logement inhabitable. Le locataire ne peut ni céder le bail, ni sous-louer le logement sans l’accord écrit du bailleur. En cas de mise en vente du logement et lorsque le locataire a reçu un congé conforme du bailleur, il ne peut pas empêcher les visites du logement dès lors qu’il en a été informé au préalable. En revanche, il ne peut être obligé d’accepter les visites durant les jours fériés ou plus de deux heures par jour ouvrable.

Les obligations du bailleur : 

Le bailleur doit remettre au locataire un logement décent qui respecte la sécurité physique et la santé des locataires et comporte certains équipements essentiels (cf. encadré). Le logement doit également répondre à un critère de performance énergétique minimale1  , être en bon état d’usage et de réparation avec des équipements qui fonctionnent et être bien entretenu. Le bailleur assure au locataire un usage paisible du logement et lui transmet gratuitement, à sa demande, les quittances de loyer et de charges. Il justifie les charges dues. Il ne peut pas s’opposer aux aménagements réalisés par le locataire, dès lors que ceux-ci ne constituent pas une transformation du logement. Si la réalisation de travaux d’entretien ou de réparation nécessite une intervention dans le logement, le bailleur doit au préalable en informer le locataire de leur nature et de leurs modalités de réalisation par courrier recommandé avec avis de réception. Le bailleur ne doit pas entrer dans le logement du locataire s