Le fait du jour. Rebondissement dans l'affaire de la tuerie de Chevaline

Rebondissement dans l'affaire de la tuerie de Chevaline

Émission 

Après 18 mois de mystère, l'enquête sur le quadruple meurtre de Chevaline en Haute Savoie, s'est sérieusement accélérée hier avec l'arrestation d'un suspect, un homme de 48 ans, marié et père de 3 enfants, qui présente une forte ressemblance avec le portrait-robot diffusé par les enquêteurs.

Ce suspect, un ancien policier municipal, présente un profil et un parcours qui relancent donc la piste d'un tueur local.

Que sait-on d'abord ce matin sur l'homme interpellé hier ?

Que cet homme a été limogé, dans le courant de l'été 2013, de son emploi de policier municipal dans la commune de Menthon St Bernard. Une commune située sur les hauteurs du lac d'Annecy, et distante d'une dizaine de kilomètres seulement des lieux de la tuerie. Il travaillerait depuis, en Suisse.

Mais çà n'est surement pas le plus important à ce stade de l'enquête.

Car depuis hier soir, on sait surtout deux autres choses. D'abord que ce père de famille, qualifié de peu affable, voire d'antipathique par plusieurs témoins, était un grand collectionneur d'armes. Un grand nombre d'entre elles ont d'ailleurs été retrouvées hier lors de la perquisition effectuée à son domicile. Des armes qui vont maintenant faire l'objet d'examens balistiques pour voir si elles ont été utilisées.

Et surtout que l'examen de son téléphone portable permet de le localiser dans la zone de la tuerie au moment des faits, le 5 septembre 2012. Et cela, c'est évidemment un élément extrêmement important pour les enquêteurs.

Des enquêteurs qui ont procédé à plusieurs perquisitions hier, à son domicile, mais pas seulement. La première perquisition qui a été effectuée hier matin, c'est dans une maison ou seraient domicilié ses beaux-parents, sur le territoire de la commune de Chevaline. Car l'épouse du suspect est originaire de ce village désormais tristement célèbre. On ne sait toujours pas ce matin si cette première perquisition a permis aux gendarmes de rassembler des preuves.

La seconde a donc eu lieu hier après midi, à Talloires, dans la maison du suspect. Une maison ou il se serait réinstallé avec son épouse et ses trois enfants depuis l'été dernier. Hier après midi, des gendarmes spécialisés en police scientifique, ont ratissé le jardin, munis de détecteurs de métaux notamment, à la recherche d'éléments matériels. On en saura très vraisemblablement plus en début d'après-midi puisque le procureur de la république d'Annecy, Eric Maillaud, tiendra, à 14h, une conférence de presse au palais de justice.

Partager sur :