Replay du vendredi 28 septembre 2018

Le journal du Web

- Mis à jour le

L'ancien emblème du prêt-à-porter féminin Cacharel revient aux origines, en Russie une activiste a une méthode radicale pour lutter contre le « manspreading » dans le métro et un pari entre copains qui remonte jusqu'au comité olympique, c'est le programme du journal du web.

Le "manspreading" désigne la manière de s'asseoir les jambes très écartées dans les transports publics.
Le "manspreading" désigne la manière de s'asseoir les jambes très écartées dans les transports publics. © Maxppp - LP/OLIVIER ARANDEL

Pour sa nouvelle pub à destination de la clientèle turque, Cacharel a choisi Nîmes comme lieu de tournage. Dans le clip diffusé sur Twitter, on voit un mannequin déambuler au milieu des monuments principaux de la ville, comme les arènes ou la maison Carré en passant par le temple de Diane, avec ce message (en turc) sur le tweet, l'histoire d'un retour aux sources : Nîmes où tout a commencé.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

En Russie, une activiste a une méthode radicale pour lutter contre le manspreading dans le métro

Elle s'appelle Anna DovgalyouKa et elle est partie en croisade contre le phénomène du "Manspreading" dans le métro, une pratique très courante chez les hommes partout dans le monde. Pour dénoncer le Manspreading, Anna a publié une vidéo sur Youtube qui a été visionnée  plus de 3,3 millions de fois en 2 jours. Dans le métro de Saint-Pétersbourg, dès qu'elle voit un homme les jambes écartées, elle verse sur leurs parties intimes un mélange d'eau et de javel.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Gérer mes choix

Un pari entre copains qui remonte jusqu'au comité olympique

Trois jeunes Tarnais viennent de créer la FFV : la fédération Française de Ventriglisse, c’est-à-dire, s'élancer sur le ventre sur une bâche mouillée et pleine de savon. Les trois amis ne se prennent pas au sérieux mais ils ont poussé la blague assez loin. Quand ils ont vu qu'ils avaient du succès avec leurs vidéos de ventriglisse, sur les réseaux sociaux, ils ont sorti des casquettes et des T-shirt de la FFV et ils ont même écrit au CIO pour que leur discipline soit reconnue aux Jeux Olympiques.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Mots clés: