Replay du lundi 30 septembre 2019

Un livre et un film sur le travail des agriculteurs

A l'occasion de la sorti du film "Au nom de la terre" et du livre "Tu m’as laissée en vie", focus dans le label Bleu sur les métiers de l'agriculture.

Des vaches au Salon de l'Agriculture (image d'illustration)
Des vaches au Salon de l'Agriculture (image d'illustration) © Radio France

Livre et film bouleversant, liés par leur histoire. Celle de la difficulté des agriculteurs.

Un film : Au nom de la terre

Le nouveau Film France Bleu d'Edouard Bergeon avec Guillaume Canet, Veerle Baetens, Anthony Bajon, Rufus, Samir Guesmi, Yona Kervern.

Pierre a 25 ans quand il rentre du Wyoming pour retrouver Claire sa fiancée et reprendre la ferme familiale.
Vingt ans plus tard, l'exploitation s’est agrandie, la famille aussi. C’est le temps des jours heureux, du moins au début… Les dettes s’accumulent et Pierre s’épuise au travail. Malgré l’amour de sa femme et ses enfants, il sombre peu à peu…
Construit comme une saga familiale, et d’après la propre histoire du réalisateur, le film porte un regard humain sur l’évolution du monde agricole de ces 40 dernières années.

Un livre : Tu m’as laissée en vie

Camille Beaurain, rencontre Augustin, son tout premier amour, à 15 ans. Elle qui n’est pas issue du milieu agricole s’installe avec lui à la ferme dans la Somme, où il élève des porcs. Trois ans plus tard, ils se marient.
Mais la vie au sein de l’exploitation familiale s’avère tout sauf paisible. Pris entre le travail aux champs, les soins quotidiens apportés aux bêtes, les imprévus sanitaires ou mécaniques, un contexte économique difficile, le couple est étranglé. Très vite, il croule sous les dettes.
Après une première tentative, Augustin, âgé de 31 ans, se donne la mort. La fin abrupte d’un quotidien qui devenait insupportable.
Comment cet agriculteur, passionné, investi et aimant, a-t-il pu en arriver là ? Y a-t-il des coupables qui l’ont poussé au suicide ?
Camille, veuve à 24 ans, témoigne ici avec sincérité de cette misère qui s’est emparée des campagnes au point d’en tuer ses fils.

Mots clés: