Toutes les émissions

Le mag auto

Le samedi et le dimanche à 8h12

Airbus Pop Up
Airbus Pop Up

La folie des voitures volantes

Diffusion du vendredi 9 mars 2018 Durée : 1min

L’actu de l’auto va une nouvelle fois évoquer le salon de Genève, qui se déroule en ce moment. Et on va prendre de la hauteur, car Laurent Meillaud est là pour nous parler de voitures volantes…. Alors, mythe ou réalité, Laurent ?

Airbus revient pour la deuxième année au salon de Genève, avec la Pop Up. L’idée, c’est un taxi volant. La voiture prend la forme d’une capsule, sur laquelle vient se greffer un énorme drone avec 4 rotors. Comme vous pouvez l’imaginer, cet engin ne passe pas inaperçu au salon. Il ne s’agit pour le moment que d’un projet, associant Airbus à Italdesign, un bureau d’études qui appartient au groupe Volkswagen. Et la nouveauté, c’est que le véhicule est siglé Audi. La marque a d’ailleurs revu l’habitacle et contribué à alléger la capsule. Ce qui est déroutant, c’est qu’à bord de ce véhicule, vous êtes totalement passif. Il y a juste un écran qui vous permet de suivre le détail du vol. Etonnamment, plusieurs constructeurs s’intéressent aux taxis volants. Il y en avait un devant chez Mercedes, au salon de Francfort. Toyota est pour sa part impliqué dans un projet similaire, en vue des jeux olympiques de Tokyo en 2020.

Et il y a une deuxième voiture volante sur le salon, Laurent….

Oui, elle est proposée par la compagnie néerlandaise Pal-V. La Liberty est présentée comme la première voiture volante de série. Proposée à 500 000 euros, elle roule comme une voiture et décollé comme un hélicoptère. Mais, il faut évidemment un brevet de pilote. Autre contrainte : on ne peut pas décoller depuis la route, il faut se rendre à un aéroport et prévoir quelques minutes pour déployer les pales, enlever l’aileron et procéder à quelques vérifications techniques. Selon son concepteur, l’auto peut voler à une altitude de 1000 m et à une vitesse de 160 km/h.  Le problème est que circuler en véhicule volant demande de revoir toute la législation du trafic aérien, notamment à basse altitude, sans compter les questions de sécurité.