Toutes les émissions

Le mag auto

Le samedi et le dimanche à 8h12

Taxis à hydrogène
Taxis à hydrogène

L’hydrogène peut-il se développer en France

Diffusion du jeudi 12 avril 2018 Durée : 2min

Laurent Meillaud vous avez choisi d’évoquer aujourd’hui l’hydrogène. Une étude montre que cette forme d’énergie pourrait contribuer à réduire la pollution et les gaz à effet de serre de façon significative.

Oui, il y avait la semaine dernière le congrès Hyvolution, à Paris. Et dans ce cadre, une étude a été présentée par l’AFHYPAC, qui est l’association regroupant les acteurs de la filière. Elle nous apprend que l'hydrogène pourrait réduire en 2050 de 55 millions de tonnes les rejets de CO2. Soit, un tiers de ce qu'il faut faire pour respecter les accords de Paris sur le climat. En matière de mobilité, l'objectif est d'arriver à un réseau de 400 stations vers 2030, avec un premier seuil de 150 stations en 2023. Les véhicules à pile à combustible seront dans un premier temps des voitures utilisées par les taxis, des utilitaires, ainsi que des bus. 200 000 véhicules devraient ainsi circuler en 2030 sur les routes de l'hexagone. En 2050, l'hydrogène pourrait alimenter 1 camion sur 5 et 1 bus sur 4. Il y aura aussi un certain nombre de voitures. En tout, c’est 18 % du parc qui pourrait être alimenté à l’hydrogène, avec à la clé une réduction en ville de 15 % des émissions locales. Mais pour arriver à cet objectif, la filière doit investir au moins 650 millions par an, pendant les 10 prochaines années. 

Et où en est l’hydrogène aujourd’hui en France ? 

On dénombre en fait plusieurs dizaines de véhicules en France, essentiellement des utilitaires de type Kangoo ZE, équipés d’une pile à combustible pour les flottes. La région Auvergne Rhône Alpes va faciliter l’achat de 1 000 véhicules de ce type d’ici 2020, en investissant par ailleurs dans la construction de 20 stations. Et dans plusieurs régions, comme la Normandie, l’Occitanie et la Bourgogne Franche Comté, on avance à petits pas, avec des stations qui apparaissent en même temps que des flottes captives. Il faut savoir par ailleurs que la plus grosse flotte se trouve à Paris. Il s’agit des taxis Hype, qui font appel à des Hyundai et des Toyota à l’hydrogène. On dénombre actuellement 75 véhicules. Il y en aura 200 d’ici la fin de l’année et 600 en 2020. Ces taxis font le plein dans des stations aménagées par Air Liquide, à Paris, Orly et Versailles.