Toutes les émissions

Le mag auto

Le samedi et le dimanche à 8h12

.
.

Voiture autonome et piétons

Diffusion du vendredi 13 avril 2018 Durée : 2min

On va parler de la voiture autonome, mais sous l’angle de la protection des piétons. Car il y a en France un organisme de recherche qui essaie de prédire le comportement des personnes qui veulent traverser la rue, Laurent.

Oui, alors que l’accident d’Uber est venu semer le trouble, les chercheurs de l’institut VEDECOM ont décidé de plancher sur la sécurité des piétons. Pour information, cet organisme situé à Satory, près de Versailles, réunit les meilleurs experts pour le compte de l’industrie automobile française. Pour en revenir au véhicule autonome, toute la difficulté est que les systèmes embarqués doivent non seulement détecter les piétons dans un trafic mixte, mais aussi estimer leurs intentions, en temps réel. En 1 à 2 secondes, il faut comprendre si la personne va s’engager ou non pour traverser la rue. C’est ici qu’intervient un algorithme de détection de piétons très sophistiqués. Il tient compte  des piétons proches et éloignés, et aussi du fait qu’un piéton peut être partiellement masqué par des objets, comme un parapluie par exemple. Ces études de prédiction d’intention du piéton se font de la manière suivante. A partir des capteurs du véhicule, le piéton détecté est modélisé en 3D. A partir de sa posture et de ses mouvements, et en calculant la trajectoire possible, en fonction de sa vitesse, le cerveau de la vitesse va déterminer s’il convient de freiner ou non. 

Et pour réussir cela, c’est un tour de force Laurent….

En effet. Pour mettre au point ces algorithmes, il faut passer par des techniques d’apprentissage profond et des réseaux de neurones. En clair, c’est de l’intelligence artificielle. Cela nécessite également de créer une base de données avec des cas de figure comme le piéton qui pousse son caddie, téléphone en traversant ou fait de la trottinette. Précisons que VEDECOM cherche également à déterminer l’impact que peut avoir sur un piéton un véhicule qui circule sans conducteur à bord. En clair, est-ce que le piéton va le laisser passer, ou au contraire, essayer de le défier pour voir, sous forme de jeu s’il sera détecté à temps, en traversant la rue.On va parler de la voiture autonome, mais sous l’angle de la protection des piétons. Car il y a en France un organisme de recherche qui essaie de prédire le comportement des personnes qui veulent traverser la rue, Laurent.

Oui, alors que l’accident d’Uber est venu semer le trouble, les chercheurs de l’institut VEDECOM ont décidé de plancher sur la sécurité des piétons. Pour information, cet organisme situé à Satory, près de Versailles, réunit les meilleurs experts pour le compte de l’industrie automobile française. Pour en revenir au véhicule autonome, toute la difficulté est que les systèmes embarqués doivent non seulement détecter les piétons dans un trafic mixte, mais aussi estimer leurs intentions, en temps réel. En 1 à 2 secondes, il faut comprendre si la personne va s’engager ou non pour traverser la rue. C’est ici qu’intervient un algorithme de détection de piétons très sophistiqués. Il tient compte  des piétons proches et éloignés, et aussi du fait qu’un piéton peut être partiellement masqué par des objets, comme un parapluie par exemple. Ces études de prédiction d’intention du piéton se font de la manière suivante. A partir des capteurs du véhicule, le piéton détecté est modélisé en 3D. A partir de sa posture et de ses mouvements, et en calculant la trajectoire possible, en fonction de sa vitesse, le cerveau de la vitesse va déterminer s’il convient de freiner ou non. 

Et pour réussir cela, c’est un tour de force Laurent….

En effet. Pour mettre au point ces algorithmes, il faut passer par des techniques d’apprentissage profond et des réseaux de neurones. En clair, c’est de l’intelligence artificielle. Cela nécessite également de créer une base de données avec des cas de figure comme le piéton qui pousse son caddie, téléphone en traversant ou fait de la trottinette. Précisons que VEDECOM cherche également à déterminer l’impact que peut avoir sur un piéton un véhicule qui circule sans conducteur à bord. En clair, est-ce que le piéton va le laisser passer, ou au contraire, essayer de le défier pour voir, sous forme de jeu s’il sera détecté à temps, en traversant la rue.