Toutes les émissions

Le mag auto

Le samedi et le dimanche à 8h12

La Chine et la Norvège premiers marchés pour la voiture électrique.

Diffusion du jeudi 26 avril 2018 Durée : 1min

Alors qu’a lieu en ce moment le salon de Pékin, on peut souligner que la Chine est devenue le premier pays au monde pour la vente de voitures électriques.

Oui, c’est ce que révèle une étude réalisée par le Centre de Management Automobile. L’empire du milieu est donc le numéro 1 du marché, en termes de volumes. Au premier trimestre, il s’y est vendu plus de 142 000 voitures électriques. Un chiffre en augmentation de 154 %. A titre de comparaison, c’est près de trois fois que les Etats-Unis, qui occupent la seconde place. La part de marché de l’électrique reste encore faible en proportion. Elle n’est que de 2 %. Mais elle a doublé en un an. Il faut dire que la voiture électrique est devenue un enjeu en Chine. Faute de pouvoir rivaliser avec les constructeurs occidentaux sur les moteurs, les industriels ont massivement investi sur l’électrique avec le concours de l’Etat, tant sur les moteurs que sur les batteries. Et progressivement, les provinces vont interdire les moteurs thermiques. Un mouvement que les constructeurs étrangers accompagnent en proposant à leur tour des véhicules électriques sur ce marché. Et ils profitent justement du salon de Pékin pour présenter leurs nouveautés. C’est le cas par exemple de Nissan, Honda et Toyota.

Et en Europe, c’est la Norvège qui se distingue aussi sur ce marché. 

Impossible pour ce pays de rivaliser pour les volumes avec la Chine. Il ne s’est vendu que 16 000 voitures électriques en Norvège au premier trimestre. C’est tout de même un résultat fort honorable, en croissance de 20 %. Par contre, c’est le seul pays au monde où près d’une voiture neuve sur deux est une électrique.  Ce taux record s’explique par une politique fiscale très favorable et des incitations à l’usage, avec par exemple le péage et le stationnement gratuits. Mais à l’échelon mondial, la Chine et la Norvège restent des exceptions. Le véhicule électrique demeure très minoritaire, avec par exemple une part de marché d’à peine plus de 1 % en France.