Toutes les émissions

Le mag auto

Le samedi et le dimanche à 8h12

Des ventes de véhicules électriques multipliées par 5 en 2022 ?

Diffusion du lundi 4 juin 2018 Durée : 2min

Laurent vous évoquez la voiture électrique car la France souhaite augmenter les ventes et c’est un engagement qu’ont pris à la fois les industriels et l’Etat, Laurent…

Oui, le 22 mai, les représentants de la filière automobile sont venus à Bercy, signer avec les ministres concernés une feuille de route pour la période 2018-2022. Et dans ce contrat de filière, un engagement fort a été pris : multiplier par 5 les ventes de voitures électriques. L’ambition, c’est donc d’avoir sur la route 1 million de véhicules électrifiés d’ici 5 ans. C’est-à-dire 600 000 véhicules 100 % électriques et 400 000 hybrides rechargeables. Il faut savoir qu’on dénombre actuellement 139 000 véhicules zéro émission en France. C’est le plus grand parc roulant en Europe, juste devant la Norvège. Il est vrai que les constructeurs français ont prévu de multiplier le nombre de véhicules électriques. Cela s’applique aussi bien pour le groupe PSA, qui va lancer de nouveaux modèles à partir de 2019, que pour Renault, qui va augmenter son offre dans le cadre de l’alliance avec Nissan et Mitsubishi, avec des modèles élaborés en commun. Par ailleurs, les constructeurs français vont aussi proposer des modèles hybrides rechargeables, avec là aussi des offres qui vont débuter dès l’an prochain. Mais, c’est un domaine où ils sont très en retard par rapport aux allemands, qui ont déjà une offre abondante dans ce domaine.

A votre avis, Laurent, peut-on croire à ces engagements ? 

Ce qu’il faut savoir, c’est que l’Etat a dit qu’il ferait un effort sur les bornes de recharge. On en compte 22 000 sur le territoire et ce chiffre devrait passer à 100 000 d’ici 2022. Les pouvoirs publics ont assuré qu’ils prendraient en charge le coût du raccordement de ces bornes au réseau électrique. Mais, ce n’est pas eux qui vont payer les bornes en question. Par ailleurs, il n’est pas précisé quel type de bornes sera déployé. Or, il faudrait des bornes de charge rapide, car le problème de la voiture électrique, c’est que le plein prend des heures si on se contente d’une prise normale. Ce que l’on peut dire enfin, c’est qu’avec une part de marché qui stagne en France, avec 1,2 %, multiplier les ventes par 5 conduirait donc à une part de 6 % pour les véhicules électriques en 2022. Un chiffre que l’on pourrait porter à 7,5 % en tenant compte des hybrides rechargeables. Même dans ces conditions, l’électromobilité resterait très minoritaire.