Toutes les émissions

Le mag auto

Le samedi et le dimanche à 8h12

Les élus pas pressés de faire respecter le 80 km/h

Diffusion du vendredi 8 juin 2018 Durée : 1min

A trois semaines de l’application du 80 km/h, on va faire le point sur cette mesure, à laquelle sont très majoritairement opposés les français. Et pour le moment, les élus ne sont pas pressés de commander les nouveaux panneaux, Laurent…

Ce sont en tout 20 000 panneaux qu’il faut changer sur les 400 000 km de routes secondaires concernées par la mesure au 1er juillet. Des routes bi-directionnelles, sans séparateur central. Mais, pour le moment,  les sociétés spécialisées n’ont reçu que quelques centaines de commandes. Selon le Président du SER, le syndicat des équipements de la route, il devrait y avoir un pic de commandes au dernier moment. Toutefois, les élus se posent beaucoup de questions. D’abord, ils sont intrigués par les couacs au gouvernement. On sait en effet que plusieurs ministres, et non des moindres, sont contre le 80km/h. Et puis, il y a ceux qui ont demandé au gouvernement de renoncer. Une trentaine de départements a envoyé une lettre en ce sens au premier ministre, en réclamant une application au cas par cas. En traînant les pieds, ils font en quelque sorte de la résistance passive. De toute façon, cela n’empêchera pas la mesure de s’appliquer, même si les panneaux n’ont pas été remplacés à temps. Au 1er juillet, les radars seront calibrés pour se déclencher à 80 km/h, au lieu de 90.   

La question que tout le monde se pose, c’est combien va coûter le remplacement de tous ces panneaux, Laurent ? 

D’après le délégué à la sécurité routière, ce coût sera compris entre 6 et 12 millions d’euros. On se demande comment on arrive d’ailleurs à une telle somme car, d’après les professionnels, les panneaux en question coûtent 80 euros l’unité. En tout cas, les collectivités feront l’avance et c’est l’Etat qui remboursera. Il n’aura pas de mal à le faire, car il piochera pour cela dans la cagnotte des radars. Rappelons que les radars automatiques ont généré en 2017 un chiffre d’affaires d’un milliard d’euros.