Toutes les émissions

Le mag auto

Le samedi et le dimanche à 8h12

.
.

Sécurité routière et cyclistes

Diffusion du lundi 27 novembre 2017 Durée : 1min

On va encore parler de sécurité routière, et en nous intéressant d’abord à la part des cyclistes dans les accidents. Tout de suite, les précisions de notre expert.

Dans le dernier bilan disponible, qui est celui du mois d’octobre, le nombre de morts est resté stable. Et mieux que ça. Sur les douze derniers mois, la mortalité routière affiche un léger recul de 0,3 %. C’est un signe encourageant. Mais, quand on regarde les chiffres en détail, il y a des tendances qui sont très différentes. Ainsi, le nombre de tués en voiture baisse de 17 % sur un an. Ca baisse aussi en deux roues, - 54 % pour les cyclomoteurs et – 4 % pour les motos. Par contre, le nombre de tués en vélo augmente lui de 17 %. Et c’est ce qui fait dire à l’association 40 millions d’automobilistes que les cyclistes paient le lourd tribut d'une politique ratée de mobilité. Elle pointe un problème de méthode, en qualifiant de « laxiste » une politique visant à pousser coûte que coûte à l'usage du vélo, mêlé à un souci de comportement général de cyclistes se sentant au-dessus de toute réglementation. Voilà qui va en faire râler plus d’un. Mais, il est vrai qu’il n’y a pas eu de pédagogie autour de la circulation en vélo. Et il faut rappeler que le code de la route s’applique à tout le monde, y compris à vélo, et que le respect ça marche dans les deux sens.

Et toujours en matière de sécurité, deux campagnes ont été lancées récemment….

La dernière en date concerne la ceinture de sécurité. Alors qu’elle est obligatoire depuis 1973 à l’avant et 1990 à l’arrière, il y a encore chaque année plus de 300 personnes qui trouvent la mort parce qu’elles n’ont pas bouclé leur ceinture. Et puis l’autre campagne concerne la conduite sans permis et sans assurance. SI vous êtes dans ce cas et que vous avez un accident, vous risquez la mise en détention, une inscription au casier judiciaire, et en plus un endettement à vie, transmissible aux enfants pour régler les dommages physiques et corporels.