Replay du mercredi 3 janvier 2018

Augmentation des carburants

- Mis à jour le
.
.

Comme vous le savez, il y a toujours des augmentations en janvier et les carburants n’échappent à la règle. C’est même le coup de bambou pour le Diesel. Plus d’explications avec vous Laurent…

C’est un peu la double peine qui va s’appliquer aux automobilistes, et surtout ceux dont le véhicule roule au gazole. Le gouvernement a en effet décidé à l’automne dernier d’alourdir la fiscalité. D’une part, il y la contribution climat énergie. Il s’agit en fait de la taxe carbone. Et d’autre part, il y a un relèvement de la TICPE, la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques. Cette dernière n’augmente en fait que pour le gazole car l’objectif est de rapprocher le prix du Diesel par rapport à l’essence, la convergence étant prévue pour 2021. Une mesure déjà appliquée en Angleterre. Au total, le prix du litre de gazole va augmenter de 9 centimes, avec la TVA, soit deux fois plus que l’essence. Le but est de dissuader les français de rouler au Diesel et de passer à des motorisations moins polluantes. Le problème est que ça va surtout pénaliser les ménages modestes. On estime à 6 millions le nombre de foyers en situation énergétique précaire. Ces français ne roulent pas au Diesel pour le plaisir, mais parce que c’est moins cher. Et ils vont donc avoir encore plus de mal pour se déplacer. L’Union Française des Industries Pétrolières rappelle que toute hausse de la fiscalité pèse directement sur le pouvoir d’achat et sur la compétitivité des entreprises. Pour l’Etat, en revanche, c’est une bonne opération. La fiscalité devrait rapporter 41 milliards d’euros en 2018 et augmenter chaque année pour atteindre 53 milliards en 2022.

Et que peut-on dire sur la consommation de carburant en France ?

Elle augmente. Les français consomment donc plus de carburant, et en particulier plus de super. C’est normal, puisqu’on assiste à un transfert du Diesel en faveur de l’essence. Or, les voitures à essence consomment plus, donc cela se traduit par plus de pleins à la pompe. La consommation reste stable en revanche pour le gazole, qui représente 80 % de la consommation. Il est évident que la hausse à la pompe va faire reculer encore plus la part du Diesel pour les ventes de voitures neuves et désorganiser encore plus le marché de l’occasion. Un autre problème se profile, celui des émissions de CO2 qui ne pourront pas baisser au rythme prévu. Bref, on est dans de l’écologie punitive et de la fiscalité inventive.

Mots clés: