Toutes les émissions

Le mag auto

Le samedi et le dimanche à 8h12

.
.

Marché auto en 2017

Diffusion du jeudi 4 janvier 2018 Durée : 2min

On va revenir un instant sur l’année 2017, car on connaît les détails du marché de l’automobile en France. Et l’année passée a été plutôt bonne, Laurent…

Oui, car l’année 2017 s’est terminée au-dessus de 2 millions de véhicules, 2 millions 110 751 immatriculations pour être précis. Soit, une augmentation de 4,7 %. Les voyants sont aussi au vert pour les utilitaires et les véhicules industriels. Il est par contre à noter que le marché de l’occasion termine en quasi-stagnation, + 0,6 %, sachant qu’il a chuté de 15 % en décembre. Pendant l’année 2017, le Diesel est passée en dessous des 50 % en France. Il a fini à 47 % sur l’ensemble des 12 mois. Il était même à 45 % en décembre. Et le grand gagnant est… l’essence, qui est donc la première motorisation à 47,5 %. C’est un même un peu plus, si on ajoute les voitures hybrides, rechargeables ou non, qui représentent 3,8 %. Disons qu’avec 51 % des volumes, l’essence s’impose comme une alternative naturelle pour les français. Par contre, l’électrique stagne toujours avec 1,18 % des immatriculations. Il y a comme qui dirait un décalage entre le matraquage médiatique autour du véhicule électrique et la réalité du marché automobile.  Précisons encore que si le Diesel continue de baisser chez les particuliers, il reste à 96 % la motorisation de référence dans les véhicules utilitaires.

Et si on regarde les chiffres par constructeurs, qui a tiré son épingle du jeu en 2017 ? 

L’année a été plutôt bonne pour les constructeurs français, qui terminent en hausse. Néanmoins, PSA est handicapé par la baisse des ventes de DS, moins 24 %, et celles d’Opel, moins 33 %. Chez les autres marques, 2017 se traduit en général par une hausse. La plus spectaculaire est celle d’Alfa Roméo, + 25 %. Les résultats sont bons aussi pour Seat et Skoda, qui font une croissance à deux chiffres. En revanche, ça ne va pas bien pour Infiniti, la griffe de luxe de Nissan, qui chute de près de 40 %. Pour l’anecdote, il s’est vendu 8 Rolls-Royce en 2017. C’est moitié moins qu’en 2016, mais plus que les 7 Alpines écoulées sur la fin d’année. La tendance va naturellement s’inverser en 2018.