Toutes les émissions

Le mag auto

Le samedi et le dimanche à 8h12

Laurent Meillaud nous fait partager sa passion pour l'automobile
Laurent Meillaud nous fait partager sa passion pour l'automobile

Hausse des carburants, la fronde est en train de monter.

Diffusion du samedi 3 novembre 2018 Durée : 3min

Le gouvernement a beau assumer la fiscalité écologique, qui consiste à taxer davantage le diesel, et qui va encore s’accentuer en 2019, le poids des  taxes plus l’augmentation du prix du baril de pétrole rend la situation intenable pour de nombreux français. Du coup, ils se rebiffent. Une pétition lancée par une femme en région parisienne contre les taxes sur les carburants a dépassé les 500 000 signatures. Et des appels au blocage des routes et autoroutes se multiplient, dont une mobilisation de grande ampleur prévue le 17 novembre. Elle devrait avoir lieu partout en France, si l’on en croit les dizaines d'événements et groupes qui ont été créés sur les réseaux sociaux. Et si vous croisez des voitures, où un gilet jaune est posé sur le tableau de bord, il y a une explication. C’est un signe de soutien à cette fameuse journée d’action.  Du temps de François Hollande, les bonnets rouges ont fait reculer l’écotaxe. On verra si les gilets jaunes auront ou non un impact sur le gouvernement qui, pour l’instant ne prévoit pas de retour en arrière.

La solution passe-t-elle par la prime de conversion ? 

C’est en tout cas ce que propose le gouvernement pour inciter les français à troquer leurs vieux véhicules Diesel contre des voitures hybrides rechargeables ou électriques. L’an prochain, la prime atteindra jusqu’à 2 500 euros pour ces deux catégories de voitures. Une prime qui pourrait doubler avec l’appui financier des constructeurs. Il faut rappeler que le dispositif ne concerne pas les seuls véhicules neufs. Il s’applique aussi aux véhicules d’occasion, même pour le Diesel, à condition qu’il soit récent, avec une prime dont le montant est de 1 000 à 2 000 euros selon que le ménage soit imposable ou non. La prime à la conversion a trouvé son public, puisque 250 000 dossiers seront traités en 2018, au lieu des 100 000 prévus. Toutefois, ce succès a aussi son revers. Les primes sont parfois versées avec beaucoup de retard.

Alors, quelle solution pour rouler moins cher ? 

Si vous avez une voiture à l’essence, il y a deux options. La première est de faire installer un boîtier chez un professionnel pour faire ensuite le plein en superéthanol E85. C’est un boitier électronique qui se positionne sous le capot, au niveau du moteur. Il permet au moteur d’injecter la bonne quantité de carburant en fonction de la proportion d’éthanol présente dans le réservoir. C’est une dépense de 700 euros qui sera vite amortie, car le prix du litre pour l’E85 est de 70 centimes d’euros par litre. Et il y a plus d’un millier de stations en France. Et votre voiture pourra rouler aussi au super sans plomb classique. Une autre option est de faire équiper votre véhicule pour qu’il puisse rouler aussi au GPL. La mise de départ est plus coûteuse, mais là aussi il y a des économies à la clé. Le litre de GPL est vendu entre 70 centimes et 1 euro. On dénombre en France 1 650 stations au GPL. De plus, une fois que le véhicule est transformé, et que cette opération est déclarée en préfecture, le véhicule peut prétendre à la vignette Crit’air 1. Il sera considéré comme un véhicule propre.

Et pour terminer, un mot des cartes grises…

Cela fait un an que les démarches se font exclusivement sur Internet, et non plus en préfecture.  On se souvient que la situation a très vite conduit à des blocages, avec jusqu’à 450 000 dossier bloqués en avril dernier. Il semble que la situation soit revenue à la normale. L’année a été aussi très chargée pour les sites spécialisés qui proposent de faire les démarches à votre place. Ils ont eu à traiter de très nombreux appels et faire face à des clients mécontents, qui étaient excédés par les bugs à répétition du site mis en place par l’Etat.