Toutes les émissions

Le mag auto

Le samedi et le dimanche à 8h12

Laurent Meillaud nous fait partager sa passion pour l'automobile
Laurent Meillaud nous fait partager sa passion pour l'automobile

Au sommaire: la voiture connectée, l’opinion des français sur la voiture électrique et la prime de conversion.

Diffusion du samedi 29 septembre 2018 Durée : 3min

Et d’abord une annonce choc… Porsche va arrêter le diesel….

La marque de voitures de sport a donc décidé de ne plus le proposer dans le futur, pour la bonne et simple raison que la demande est faible sur les modèles de la marque. Et que son avenir passe par l'électrification. Porsche rappelle en effet que 6 milliards ont été budgétés d'ici 2022 dans l'électromobilité. La marque va proposer à la fin de 2019 la Taycan, qui sera sa première voiture électrique. Et en 2025, chaque modèle pourrait être proposé avec une variante hybride ou électrique. Porsche précise qu'il ne diabolise pas le Diesel et que ce dernier restera une motorisation importante. Mais, c'est probablement pour la marque une façon de solder le Dieselgate, sa réputation ayant été ternie par des moteurs truqués fournis par Audi.

La prime de conversion victime en France de son succès…

Ce dispositif permet d’échanger son vieux diesel ou son vieux véhicule essence contre un véhicule plus récent ou électrique, avec des primes à la clé. Le succès est foudroyant, puisque 200 000 français ont décidé d’en profiter, dont 70 % de ménages non imposables. Or, le problème, c’est que le gouvernement prévoyait deux fois moins de dossiers. Ce sont donc les concessionnaires qui ont dû faire l’avance pour régler les primes aux clients. Ce qui a posé au passage des problèmes de trésorerie pour les garages. Le gouvernement a donc dû en urgence débloquer une enveloppe de 85 millions pour rembourser les concessionnaires.

Puisqu’on parle d’écologie, une nouvelle étude sur le véhicule électrique fait état de nouveau freins psychologiques…

Elle a été réalisée par l’observatoire de l’automobile de Cetelem. Lequel pointe d’abord le fait que l’augmentation des carburants ne conduit pas les français à rouler à l’électrique. Ils achètent même des voitures plus grosses, comme des SUV qui consomment plus. Pour en revenir à l’électrique, l’autonomie fait des progrès. Mais, plus les voitures vont loin, plus les clients potentiels réclament encore plus de progrès. On ne trouve que 13 % d’acheteurs prêts à faire l’acquisition d’un véhicule de moins de 300 km d’autonomie. L’étude montre que le manque de bornes de recharge est perçu comme un vrai problème. D’autre part, une personne sur deux estime que la voiture électrique est un effet de mode, ce discours étant surtout relayé par les politiques. 

Et puis Google embarque à bord des écrans chez Renault-Nissan….

L'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi et Google ont signé un partenariat technologique visant à équiper les véhicules du système d'exploitation Android. Ce sera le cas à partir de 2021. L’accord concerne des services connectés et des applications via le cloud. Cela n’a rien à voir avec la voiture autonome. Mais, c’est un pas de plus pour le géant du web, qui propose déjà l’interface Android Auto sur un certain nombre de modèles pour connecter son smartphone. Le deal prévoit que les modèles de Renault, Nissan et Mitsubishi pourront bénéficier d’origine de la navigation par Google Maps, de l'accès aux applications automobiles de Google Play Store et bien sûr de la commande vocale, grâce à Google Assistant. L'avantage de ce partenariat, c’est que les clients de l’alliance bénéficieront d’un écosystème en constante évolution, avec des milliers d'applications. Une précision : la plateforme sera compatible avec l’iPhone chez Apple. Tout ne sera donc pas verrouillé par Google.