Le mag auto

Le samedi et le dimanche à 8h12

Angela Merkel et les dirigeants du groupe Volkswagen
Angela Merkel et les dirigeants du groupe Volkswagen

La voiture autonome et le bilan de la prime automobile à la conversion

Diffusion du samedi 9 novembre 2019 Durée : 2min

On parle de voiture autonome, du plan en Allemagne pour l’électrique, de moteurs, et on fait bilan de la prime de conversion…

Selon une étude du ministère de la Transition écologique, le bénéficiaire type de la prime est plutôt un rural aux revenus modestes. Ce n'est pas tout à fait une surprise. Le but de cette mesure était de se débarrasser des vieux véhicules…Ceux d'avant 2001, les plus polluants…. qu'on croise plus souvent à la campagne que dans les villes. Il était aussi de venir en aide aux ménages non imposables, qui représentent 72 % des dossiers). Et tout cela pour quel bilan ? Un gain de 65 millions d'euros pour la collectivité et une réduction considérable des rejets. Les émissions d’oxydes d’azote et de particules fines sont réduites respectivement de 2 700 et 240 tonnes. Mais, la prime a surtout servi à financer des véhicules thermiques. Ainsi, sur les 253 000 dossiers traités en 2018, les aides ont servi à financer dans 48 % des cas un véhicule Diesel, dans 47 % un véhicule essence et pour seulement 2 % des véhicules électriques. A noter quand même que les deux tiers des dossiers concernent des véhicules d'occasion avec motorisation Euro 6.

Le moteur thermique va-t-il vraiment disparaître ?

C’était l’une des questions posées à l’occasion d’un symposium que l’équipementier Bosch organisait cette semaine à son siège de Saint-Ouen, près de Paris. L’image du groupe est liée au Diesel, qui est l’une de ses grandes spécialités. Mais, comme vous le savez, cette motorisation est en chute libre en Europe. Par contre, l’avenir ce sont peut-être les carburants synthétiques, ce qu’on appelle les e-fuels. On les produit à partir de CO2 et d’hydrogène. L’avantage est qu’ils peuvent fonctionner dans les moteurs thermiques sans modification et qu’ils pourraient être distribués à la pompe. Par ailleurs, le moteur sera de plus en plus électrifié, dont plus vertueux. Et puis, il y a l’effet parc qui fait qu’on n’en a pas vraiment fini avec le moteur classique. Bosch souligne que près de la moitié des véhicules qui seront en circulation en 2030 ont déjà été vendus et sont, pour la majorité, équipés de moteurs essence ou diesel. Et même si on arrête la vente en 2040 de ces moteurs sur les voitures neuves, comme cela est prévu par la loi, il y en aura toujours sur la route, bien après 2050.

L’Allemagne accélère sur l’électrique….

Angela Merkel a déclaré cette semaine qu’elle voulait voir 10 millions de voitures électriques sur les routes d'ici 2030. Et à cette même date, elle fixe un objectif d'un million de bornes de recharge. Le gouvernement fédéral va d'ailleurs débloquer 3,5 milliards d'euros. Il appelle toutefois les industriels à participer à cet effort de mise en place de l'infrastructure. L'autre coup de pouce concerne le bonus pour les véhicules électriques qui passera de 4 000 à 6 000 euros. A noter que l’Allemagne souhaite aussi développer l’hydrogène. Le pays comptera 100 stations l’année prochaine et 30 de plus un an plus tard. D'ici fin 2021, le réseau outre-Rhin pourrait assurer potentiellement le plein de 60 000 véhicules à hydrogène.

Et puis, on en sait un peu plus sur l’accident de la voiture autonome d’Uber, qui avait fait une victime l’an dernier aux Etats-Unis…

Vous vous en souvenez sans doute… Une femme avait trouvé la mort en mars 2018 à Phoenix, dans l’Arizona. La voiture autonome d’Uber ne s’était pas arrêtée et l’avait percutée, alors qu’elle traversait en dehors des clous. Le rapport d’enquête établit que les capteurs avaient bien repéré sa présence, 6 secondes avant le choc. Mais, en fait, le logiciel ne l’avait pas cataloguée comme piétonne, mais comme un... objet. La technologie d’Uber n’avait pas pris en compte que des piétons pouvaient traverser en dehors des passages qui leur sont réservés. Autre révélation : le système d’arrêt d’urgence a volontairement été désactivé, car cela aurait provoqué une manœuvre extrême du véhicule. On apprend enfin que le véhicule autonome avait bien émis une alerte sonore. Uber a repris depuis ses tests et a évidemment amélioré son logiciel.