Le mag auto

Le samedi et le dimanche à 8h12

Devinci DB 7418
Devinci DB 7418

Bentley passe à l'hybride

Diffusion du dimanche 29 septembre 2019 Durée : 3min

Dieselgate suite, Bentley qui passe à l'hybride et une marque rétro Française au sommaire du mag auto

Sale temps pour les constructeurs allemands. Daimler a été condamné à une amende de 870 millions d’euros pour négligence, concernant la vérification des émissions de ses véhicules. Cette sanction s’ajoute à l’enquête pénale qui vise 4 responsables du groupe. Et au même moment, l’étau judiciaire s’est resserré autour de plusieurs dirigeants de Volkswagen : Herbert Diess, l’actuel PDG, Hans Dieter Potsch, qui est le président du conseil de surveillance et Matin Winterkorn, qui est l’ancien patron du directoire. Le trio est accusé d’avoir informé trop tard les marchés financiers des conséquences financières du scandale du Diesel. Et il y a une menace qui pèse sur le constructeur allemand, car 430 000 propriétaires concernés par l’affaire des moteurs truqués ont décidé de porter plainte en déposant un recours collectif. Une première, Outre-Rhin. Volkswagen n’en a pas fini avec ce scandale qui lui a déjà coûté plusieurs milliards.  

Tout le monde vient à l’électrification... Même Bentley

On rappelle que c’est une des marques du groupe Volkswagen. Le constructeur de luxe d’origine britannique vient de dévoiler une version hybride rechargeable de la Bentayga, son gros SUV. Le modèle embarque un moteur électrique de 94 kW en plus du V6 turbo de 3 l et une batterie. Celle-ci permet de parcourir 39 km en mode purement électrique. La motorisation hybride permet à ce gros 4X4 Bentley de revendiquer seulement 79 g de CO2 par km. Au lieu de 210 g pour la version thermique. L’intérêt, c’est aussi un certain silence de fonctionnement et de la performance, car le Bentayga hybride rechargeable accélère de 0 à 100 km/h en 5,5 s. C’est une version proposée à 141 000 euros en Europe. 

Devinci, ce n’est pas seulement le nom d’un célèbre génie. C’est aussi une marque de voiture

Et c’est un fabricant français de voitures électriques au look rétro, situé dans le Tarn, non loin de Toulouse. La marque a été créée il y a un an par un pilote français, Jean-Philippe Dayrault. Il voulait un véhicule synonyme de liberté, et procurant un véritable plaisir de conduire. Les Devinci sont fabriquées de façon artisanale et en quantité très limitée. La gamme se compose d’un seul modèle, la DB718, qui se décline en 4 versions qui ont chacune un prénom de fille. Il y a Marianne, Adèle, Lucie et Brigitte. C’est cette dernière, que j’ai essayée, et qui s’affiche à 55 000 euros au catalogue. C’est un roadster de couleur argent, avec une sellerie de couleur marron. On dirait une auto des années 30. La particularité, c’est que la batterie est fabriquée en France. L’autonomie est de 180 km. L’auto n’est ni très puissante, ni très rapide, mais elle ne pèse que 600 kg et on est au ras du sol. Et je peux vous garantir que les gens ont le pouce levé quand ils vous voient. Ce type de véhicule rétro et écolo déclenche la sympathie.  Attention, car sur 50 exemplaires, il en reste moins d’une vingtaine.

Et puis, Citroën présente un concept de camping-car au Bourget

Cela se passe dans le cadre du salon des véhicules de loisirs, près de Paris. C’est jusqu’au 6 octobre. La marque aux chevrons présente un Space Tourer qui a pour nom The Citroenist concept. C’est un van multicolore, moderne et connecté. On peut y dormir à deux, y ranger un vélo et rester en contact avec le monde extérieur, avec un bureau connecté et une TV. Citroën rappelle au passage qu’il est le numéro deux sur le marché des camping-cars. Le constructeur propose d’ailleurs à l’occasion du salon des essais de véhicules spécialement aménagés en véhicules de loisirs.