Replay du samedi 30 janvier 2021

Au revoir Twingo !

- Mis à jour le

Au programme du mag auto : la bourse qui s’enflamme pour les constructeurs de véhicules électriques et le retour de Toyota à la place de numéro 1. Mais, on parle d’abord de la Twingo qui va disparaître dans quelque temps…

Au revoir Twingo !
Au revoir Twingo !

Il n’y aura en effet pas de remplaçante pour la Twingo qui est apparue il y a près de 30 ans. La première génération a vu le jour en 1993. Et le modèle actuel devrait s’arrêter d’ici 2 à 3 ans. Les scores de ventes sont plutôt honorables, mais Renault n’a plus les moyens tout seul de maintenir une citadine essence de 3,60 mètres de long. La Twingo doit faire face à des normes antipollution qui condamnent à terme le moteur thermique. Certes, il existe déjà une version électrique de ce modèle. Mais, le problème c’est aussi que Renault et Smart ont mis fin à leur partenariat. Les deux véhicules avaient été développés sur une plateforme commune. Du coup, la marque au losange proposera autre chose, avec notamment la future R5 électrique. Notez que le groupe PSA va faire la même chose par rapport à la Citroën C1 et à la Peugeot 108. Ces véhicules étaient produits avec Toyota en république tchèque. PSA est maintenant marié avec Fiat et va pouvoir jouer la carte des synergies avec la plateforme de la Fiat 500. 

Qui est le numéro 1 mondial de l’automobile ? C’est un japonais.

Il s’agit de Toyota. Le groupe a vendu un peu plus de 9 millions et demi de véhicules sous les marques Toyota, Lexus, Daihatsu et Hino Motors dans le monde, en 2020. Il prend la première place du marché automobile, devant le groupe Volkswagen qu’il dépasse de 200 000 unités. C'est la première fois depuis 2015 que Toyota repasse en tête de ce classement. Le japonais a fait mieux que ses rivaux. Et nettement mieux que l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, qui était numéro 1 mondial il n’y a pas si longtemps, mais dont les ventes ont chuté de 24 %. 

Tesla a gagné de l’argent en 2020

Pour la première fois de son histoire, la marque californienne a dégagé un bénéfice net sur une année entière. Et il était de 721 millions de dollars. Pour ceux qui l’ignoraient donc, Tesla perdait de l’argent depuis sa création en 2003. Le constructeur s'est pendant longtemps concentré sur l'essor de sa production, en investissant des milliards de dollars dans des nouveaux sites et modèles, plutôt que sur sa rentabilité. Il est encore très loin d’avoir une taille critique, mais il a quand même livré 500 000 véhicules en 2020. Et ce qui est encore plus incroyable, c’est qu’à la bourse de New York, Tesla pèse A 820 milliards de dollars. C’est plus que Facebook.

Et la bourse est vraiment dingue

Deux exemples de start up qui valent déjà beaucoup d’argent. Rivian, qui va livrer des gros véhicules électriques pour Amazon, vaut déjà plus de 27 milliards de dollars. Elle vient de procéder à une levée de fonds et avait déjà attiré des capitaux, en provenance notamment de Ford. Et pourtant, la start-up n’a encore rien produit. Elle doit assembler un pick-up et un SUV dans une usine de l'Illinois. Les premiers véhicules doivent être livrés à l'été. Autre exemple, européen celui-là avec Volta trucks. La start-up suédo-britannique, qui a développé un camion de livraison de 16 tonnes 100 % électrique, le Volta Zero, vient de lever 20 millions de dollars. Son carnet de commandes s’élève à 260 millions. Et pourtant, la société n’a produit qu’un seul prototype. Les premiers camions n’arriveront qu’en fin d’année.

Mots clés: