Replay du dimanche 8 novembre 2020

"Cette longue coupure nous casse les jambes" Antoine Blanc, demi-centre du Grand Nancy Métropole Handball

- Mis à jour le

Le Grand Nancy Métropole Handball invaincu depuis le début de saison est deuxième au classement avec 2 matchs de retard sur le leader Sélestat. Au repos forcé depuis près de 15 jours en raison de la crise sanitaire, Antoine Blanc et ses coéquipiers sont impatients de retrouver la compétition.

Antoine Blanc réalise un excellent début de saison avec le GNMHB.
Antoine Blanc réalise un excellent début de saison avec le GNMHB. © Maxppp - Cedric JACQUOT

Le début de saison du Grand Nancy Métropole (GNMHB) est remarquable puisqu'il n'a toujours pas connu la défaite. Les Nancéiens stoppés dans leur élan avec le reconfirment comptent deux matchs de retard par rapport au leader Sélestat. Cette pause forcée est venue couper les bonnes intentions nancéiennes  :"II est vrai que cet arrêt arrive au mauvais moment car nous étions bien partis. Cette longue coupure nous casse les jambes mais nous devons en profiter pour récupérer car nous avons commencé notre préparation en juillet". Antoine Blanc, demi-centre du GNMHB. 

"La compétition nous manque"

Recharger les batteries pour attaquer pied au plancher un calendrier qui va connaître quelques changements. Les rencontres reportées face à Valence et Sarrebourg sont reprogrammées en priorité. Les Valentinois viennent à Nancy le vendredi 13 novembre à 20 heures, la rencontre se jouera au Parc des Sports de Vandoeuvre à huis clos pour des raisons pratiques en cette période trouble. Cette décision prise par les instances du handball français était attendue :"On s'entraîne dur dans une excellente ambiance et le groupe est impatient de rejouer même à huis clos car la compétition nous manque". Antoine Blanc.

En attendant de retrouver le "Taraflex" du Parc des Sports de Vandoeuvre, Antoine Blanc et ses copains ont cinq jours pour se préparer afin de reconquérir cette place de leader laissée au voisin sélestadien et redevenir ainsi les maîtres du Grand Est.     

Mots clés: