Replay du samedi 30 janvier 2021

Le Nancéien Julien Muller est le nouveau président de la Fédération Française de squash

Julien Muller est le nouveau président de la Fédération française de squash depuis plus d'un mois. Le directeur du TSB Jarville souhaite démocratiser davantage la discipline et l'amener sur tous les territoires afin de permettre au plus grand nombre de s'y adonner. Un projet ambitieux.

Le squash est un sport dynamique qui développe la motricité chez l'enfant
Le squash est un sport dynamique qui développe la motricité chez l'enfant © Maxppp - Stephane GENDRE

Le Nancéien Julien Muller est le nouveau patron de la Fédération française de squash. Une suite logique pour le directeur du TSB Jarville qui auparavant en était le vice-président. Pour le dirigeant lorrain, les objectifs sont nombreux et tournés avant tout vers la conquête d'un nouveau public car pour l'instant les zones blanches sont trop nombreuses pour espérer gonfler le nombre de licenciés :" Notre volonté est de démocratiser le squash en se tournant vers les jeunes. Aujourd'hui nous avons encore un profil qui ressemble au golf à une échelle plus petite avec une dominante d'un public adulte d'une certaine catégorie socio-professionnelle", explique Julien Muller.

Le squash doit encore s'implanter dans les zones prioritaires
Le squash doit encore s'implanter dans les zones prioritaires © Maxppp - .

Une image faussée ?

Et pourtant, le panel de salles pour les 22 000 licenciés de l'hexagone est accessible à tous. Les clubs diversifient leurs offres auprès des adultes et des plus jeunes, qu'ils soient confirmés ou débutants. Maintenant, l'ambition du patron de la Fédération est de combler un vide et de s'implanter dans certaines zones oubliées :"Clairement nous avons des manques. On a pour habitude de compter un terrain pour 10 000 habitants ce qui veut dire que sur une zone comme Nancy, nous avons un déficit de 10 à 15 courts en étant raisonnable. Ce qui fait que nous avons des difficultés à accueillir des championnats de France. Il y a donc vraiment un potentiel de développement en Lorraine", confirme Julien Muller.

Le squash ne verra pas les JO de Paris 2024

Autre mission pour l'ex-président de la Ligue du Grand Est, amener le squash dans les zones prioritaires, les écoles et à l'université. Une stratégie qui pourrait être un argument de poids pour que le squash redevienne discipline olympique rapidement. 

Mots clés: