Toutes les émissions

LE reportage

Manifestation des Gilets jaunes à Paris le 24 novembre 2018.
Manifestation des Gilets jaunes à Paris le 24 novembre 2018. © Maxppp - Vincent Isore

Les Gilets jaunes : et maintenant ?

Diffusion du lundi 26 novembre 2018 Durée : 5min

Après un week-end de mobilisation, que pensent les Gilets jaunes de la Transition écologique. Emmanuel Macron doit annoncer de nouvelles mesures mais les Gilets jaunes rencontrés samedi à Paris n'en attendent pas grand-chose semble-t-il. Le reportage de Tommy Cattanéo de France Bleu Paris.

Les Gilets jaunes rencontrés samedi à Paris sur les Champs-Elysées estiment avant même les annonces du président Macron que ce ne sera pas suffisant. C'est le constat fait sur place par notre journaliste Tommy Cattanéo. 

Témoignages de Gilets jaunes

Il a rencontré Maéva, 23 ans, de Coulommiers (Seine-et-Marne). Elle indique qu'elle serait prête à remplacer sa voiture par une voiture électrique mais elle n'en n'a pas les moyens même si elle recevait toutes les aides annoncées soit plus de 8.000 euros. Elle indique qu'elle ne peut pas faire de crédit car elle n'a pas de CDI et elle se demande dans ces conditions comment elle pourrait payer une voiture électrique. 

Même problème pour Yann et Éline qui eux aussi étaient sur les Champs-Elysées. Ils ont un comportement très écolo au quotidien mais ils estiment ne pas pouvoir souscrire le crédit de 10 à 15.000 euros nécessaires selon eux à l'achat de ce type de véhicule. Ils précisent qu'ils se sont déjà endettés pour l'achat de leur maison donc impossible de faire plus. 

La réaction de David Belliard

David Belliard, co-président du groupe Europe Ecologie Les Verts au Conseil de Paris, réagit à ces témoignages et répond en direct à notre journaliste Noé da Silva. 

L'élu estime que les grosses entreprises polluantes devraient contribuer beaucoup plus à la question de la transition écologique et selon lui, c'est cette injustice qui aujourd'hui "entretient un ressentiment extrêmement fort vis à vis de la transition écologique". Il faut aussi, dit-il, une politique d'accompagnement car "il n'y a pas d'écologie sans social". Il pense qu'il faut plus de transports en commun et une aide plus forte pour ceux qui ne peuvent pas se passer de leur voiture.