Replay du jeudi 24 septembre 2020

Mort d'un cheval à Cagnes-Sur-Mer : "cette affaire est rarissime"

- Mis à jour le

C'est une première selon les associations de défense des animaux. Un cavalier risque 3 mois de prison avec sursis et une interdiction à vie de posséder un animal domestique ou de travailler avec les animaux. C'est ce qui vient d’être requis contre lui à Grasse.

CAGNES Hippodrome de la cote d'azur concour national de jumping en presence du metteur en scene Guillaume Canet papier W Humberset
CAGNES Hippodrome de la cote d'azur concour national de jumping en presence du metteur en scene Guillaume Canet papier W Humberset © Maxppp - LAMBERT

C'est une première selon les associations de défense des animaux. Des réquisitions contre un cavalier qui risque 3 mois de prison avec sursis et une interdiction à vie de posséder un animal domestique ou de travailler avec les animaux. C'est ce qui vient d’être requis contre lui à Grasse. Ce jockey irlandais de 28 ans accusé de coups de cravache, son cheval est mort sur l'hippodrome de Cagnes-Sur-Mer.

François FORCIOLI CONTI est président de la Société des Courses de la Côte d'Azur qui exploite l'hippodrome de Cagnes sur Mer

Mots clés: