Événements

Les balades à Paris

Samedi et dimanche à 08h45 et 16h20

Le Palais Royal
Le Palais Royal © Getty -

Appel de Camille Desmoulins au Palais Royal

Diffusion du vendredi 12 juillet 2019 Durée : 3min

Je vous emmène aujourd’hui au Palais Royal, en plein cœur de Paris, car nous sommes le 12 Juillet et il y a 230 ans, un évènement y a déclenché la révolution française. À l’époque, le Palais appartient à Louis Philippe d’Orléans, connu sous le nom de Philippe Égalité, il n’est autre que le cousin de Louis XVI. Opposant à la monarchie, il fait du Palais Royal un lieu de rencontre apprécié des révolutionnaires qui pouvaient venir y comploter sans crainte car la police ne pouvait pas pénétrer dans le domaine princier. 

Le 12 Juillet 1789, un jeune avocat âgé de 29 ans, nommé Camille Desmoulins, militant au club des cordeliers auprès de Danton, traverse le Palais Royal. Il apprend que Necker, contrôleur général des finances du roi vient d’être renvoyé. Necker avait la faveur du peuple car, dans le contexte de la guerre d’Amérique qui était fort coûteuse, il fallait lever des fonds importants. Se refusant d’augmenter les impôts, il préfère réguler leurs rendements en baissant les dépenses et en réformant l’administration financière. Le renvoi de ce ministre populaire inquiète le Tiers État quant aux intentions royales. 

Ce jeune avocat bègue se trouva soudain pris d’un élan de courage et monta sur une chaise avec un pistolet dans chaque main à la terrasse du café́ de Foy (situé aux nos 57 à 60 de la galerie de Montpensier afin d’exhorter les citoyens à prendre les armes : “il ne nous reste qu’une ressource, c’est de courir aux armes et de prendre les cocardes pour nous reconnaitre”. Le vert de l’espoir fut d’abord choisi puis dans la nuit du 13 au 14 Juillet, ce sont finalement les trois couleurs bleu-blanc-rouge, le blanc de la nation se trouvant ainsi au milieu des deux couleurs royales. 

Après la prise de la Bastille, le jeune Desmoulins, fervent défenseur de la liberté de la presse, lance son premier journal hebdomadaire révolutionnaire. Très lu, il confirme sa notoriété et lui apporte enfin une certaine aisance financière.

Après la chute de la monarchie, le 10 août 1792, Camille est nommé secrétaire général du département de la justice, ministère de son ami Danton, au sein du gouvernement provisoire. Il s’oppose au régime de la terreur de Robespierre et se fait porte-parole des indulgents.

Mais au moment de la chute de leur faction, Danton et Desmoulins sont condamnés à mort. Les deux hommes sont exécutés le 5 Avril 1794. Desmoulins déclara sobrement sur l’échafaud : « Voilà comment devait finir le premier apôtre de la liberté ».

Réservez votre visite guidée insolite sur Cultival.fr