Événements

Les balades à Paris

Samedi et dimanche à 08h45 et 16h20

-

Décès de Théodore Géricault en 1824

Diffusion du samedi 26 janvier 2019 Durée : 2min

Il y a parfois des passions un peu trop violentes qui mènent à la mort… Cela a été le cas pour le célèbre peintre Géricault à qui l’on doit le Radeau de la Méduse que l’on peut contempler au Louvre dans la section des grands formats français dédiés aux œuvres romantiques du 19ème siècle. Les parents du peintre l’ont toujours encouragé à suivre des études artistiques. Issu d’une famille aisée, il n’a jamais connu de problème d’argent et n’a pas eu besoin de vendre ses œuvres pour vivre, excepté à la fin de sa vie, à la suite de mauvais placements. Il étudie auprès du peintre Carle Vernet puis il s’inscrit à l’Ecole des Beaux-Arts à Paris, il va souvent au Louvre et finit par partir étudier en Italie où il est impressionné par les peintres de la Renaissance italienne comme Michel-Ange ou le Titien.

Mais la grande passion de l’artiste, après celle de la peinture, c’est le cheval. Cet animal finira par causer sa perte lorsqu’il fera une mauvaise chute et que cela lui déviera la colonne vertébrale. Il devra à la suite de cet accident rester au lit jusqu’à la fin de ses jours car il se retrouve paralysé. Eugène Delacroix décrit Géricault qu’il a connu comme quelqu’un d’extrême en tout, quelqu’un qui n’aimait monter que des chevaux entiers, choisissant les plus fougueux. C’est cet aspect sauvage que sait rendre le peintre dans ses nombreuses peintures représentant les chevaux.

C’est en tout début de carrière qu’il va peindre des portraits équestres mettant à l’honneur par exemple le Lieutenant Dieudonné, officier de chasseurs à cheval de la garde impériale ou encore la représentation de cavaliers blessés aux côtés de leurs chevaux. Il peindra également le portrait du cheval Tamerlan, un des nombreux chevaux de l’Empereur.

Vous pouvez découvrir ces peintures dans la même salle au Louvre que celle du Radeau de la Méduse. Et savez-vous également où vous pouvez aller pour trouver de nombreuses autres peintures de chevaux militaires ainsi que des uniformes d’officiers chasseurs à cheval comme celui de la peinture de Géricault ?

Au Musée de l’Armée aux Invalides ! Choisissez la visite guidée « Trésors du Musée de l’Armée » et laissez-vous guider parmi les collections du musée, armures anciennes, maquettes stratégiques napoléoniennes, l’église du Dôme, autant de lieux et d’objets qui n’auront plus de secrets pour vous ! N’oubliez pas de passer devant « Vizir » l’étalon arabe naturalisé à sa mort, célèbre cheval de Napoléon Ier avec une pensée émue pour Théodore Géricault.

► Visite : Les trésors du Musée de l’Armée