Événements

Les balades à Paris

Samedi et dimanche à 08h26

La Maison Eymonaud
La Maison Eymonaud - MISSOT - CC BY SA 3.0

La Maison Eymonaud

Diffusion du dimanche 18 août 2019 Durée : 2min

En ce dimanche que diriez-vous d’une promenade à Montmartre pour découvrir au fond de la petite impasse Marie-Blanche un bâtiment atypique pour les pentes montmartroises ?

À travers les branchages de l’été vous verrez une étrange maison néo-gothique dans le style dit « troubadour » dont le décor pourrait vous rappeler les hôtels de Cluny et de Sens. Il s’agit de la maison Eymonaud construite en 1882 également connue sous le nom d’Hôtel de l’Escalopier qui fut le premier édifice bâti en ce lieu en 1835 puis détruit en 1882.

Pour comprendre l’aura particulière de ce lieu, remontons à l’époque de l’Hôtel de l’Escalopier. Tout d’abord quel étrange nom que celui-ci ! Non, il ne s’agissait pas d’un artisan boucher spécialiste de l’escalope mais peut-être d’un descendant des Della Scala, prestigieuse famille originaire de Vérone en Italie dont la noblesse est attestée dès le 12ème siècle. Chassée par les vénitiens, la famille della Scala se réfugia à Paris et Piero della Scala prit pour devise « Renversé de fortune, il renversa son nom ». C’est ainsi que Piero della Scala serait devenu l’Escalopier. Je vous laisse le loisir de renverser les lettres pour trouver l’anagramme.

Marie-Joseph-Charles de l’Escalopier né en 1812 fit ses études au lycée Charlemagne afin de s’adonner à sa passion : l’archéologie. Estimant que la bonne archéologie ne se faisait qu’à Paris et devenu collectionneur, il se fit construire un hôtel de style troubadour, ce « gothique retrouvé » reflétait les désirs de la société du règne de Louis-Philippe car la Révolution avait détruit une grande part du patrimoine historique de l’Ancien Régime et surtout les édifices médiévaux.

Autre immeuble dans Paris avec ce style si particulier, celui qui se dresse sur la Place Saint-Georges où l’on découvre le premier hôtel particulier de La Païva. Charles de l’Escalopier fut donc à l’avant-garde de la mode pour son hôtel particulier en revanche pour son jardin il s’est plutôt montré héritier du modèle du 18ème siècle. Un vaste jardin descendait en pente douce vers la barrière Blanche ; il avait fait installer une salle de gymnase et des serres.

Son goût pour les plantes était lié à un goût très prononcé pour les livres qui finit par supplanter sa première passion puisque les serres disparurent au profit d’une bibliothèque, environ 5900 volumes consacrés à l’archéologie et à la théologie se trouvaient dans celle-ci.

En 1861, Charles mourut après une longue convalescence dans sa propriété de Liancourt, il avait auparavant légué ses collections à la ville d’Amiens. Sa veuve conserva son hôtel parisien qui ne fut vendu et démoli qu’en 1882. C’est entre 1892 et 1897 que l’architecte Joseph-Charles Guirard de Montarnal construit pour Ernest Eymonaud cette fameuse maison qui se dresse encore aujourd’hui à Montmartre. Eymonaud, un antiquaire spécialisé dans les décors médiévaux.

L’architecte a réutilisé probablement des éléments provenant de l’hôtel de l’Escalopier puisque Ernest Eymonaud a pu acheter des sculptures avant sa démolition pour les intégrer à la nouvelle construction.

Alors, si vous passez dans le coin n’hésitez pas à vous hisser sur la pointe des pieds pour apercevoir les gargouilles qui peuplent les fenêtres, les petits singes qui semblent s’animer à votre vue ou encore les personnages grimaçants qui vous narguent depuis les hauteurs !