Événements

Les balades à Paris

Samedi et dimanche à 08h45 et 16h20

Les grattes-ciel en front de Seine sur la rive du 15e arrondissement
Les grattes-ciel en front de Seine sur la rive du 15e arrondissement © Getty - Claudia Warner

Le Front de Seine du XVe arrondissement

Diffusion du mardi 6 août 2019 Durée : 2min

Une petite devinette pour aujourd’hui : connaissez-vous le point commun entre New York et Paris ? Eh bien ce sont les gratte-ciels ! Le paysage parisien est loin de ressembler à celui de NY, mais il y a bien un quartier où les tours s’élèvent dans le ciel par dizaines : c’est le Front de Seine, dans le 15ème arrondissement.

En fait, le premier gratte-ciel parisien de seulement 67m, construit en 1960 rue Croulebarbe dans le 13e par Édouard Albert, avait défrayé la chronique, car on n’avait peur que Paris devienne le nouveau NY. Et pourtant, c’est bien à la même période que l’on imagine un projet d’aménagement relativement novateur et expérimental dans le 15ème. Le quai de Grenelle est un ancien quartier industriel dont les dernières usines ont été détruites au début des années 50. Les architectes Henri Pottier et Raymond Lopez, remplacé à son décès par Michel Roux, font alors le choix d’un urbanisme vertical. Cette solution est le résultat d’une réflexion sur l’avenir des villes. Pour être plus précise, on a ici une architecture dite « sur dalle ». C’est est un type d’aménagement qui impose un sol surélevé de plusieurs mètres, afin de séparer les différents flux de circulation. Ici, les voitures sont au niveau du sol naturel et l’espace piéton est 6m au-dessus.

Cette dalle, qui est en fait une immense structure en béton armé, supporte une vingtaine de tours de 120m de haut. Depuis la Seine, leur concentration dessine comme une petite skyline. Chacune a un style qui lui est singulier, révélateur des goûts architecturaux de la période et qui a parfois inspiré leur nom, comme les tours Crystal, Reflet, Totem, mais il y aussi Mars et Mercure... Et si on dit volontiers qu’elles ont une « taille de guêpe », car leur premier niveau est moins large que les suivant, pour réduire leur emprise au sol, elles n’en sont pas moins impressionnantes quand on se promène dans leur dédale.

Et si je ne vous ai pas encore convaincu que le Front de Seine est notre petit New York, la Statue de la Liberté, qui est située juste en face, sur l’île aux Cygnes, est un argument de taille. Réplique au 1/4 de sa grande sœur américaine, elle a été sculptée par Auguste Bartholdi en 1889. Donc si vous recherchez un lieu de promenade cette semaine, direction le Front de Seine ! Sur la dalle la végétation apparaît de plus en plus et vous y croiserez même quelques œuvres d’art !