Événements

Les balades à Paris

Samedi et dimanche à 08h26

Le Fusil chronophotographique de Marey
Le Fusil chronophotographique de Marey - Wikicommons CC-BY-SA 3.0

Le fusil chronophotographique de Marey

Diffusion du mardi 30 juillet 2019 Durée : 3min

Il faut que je vous parle d’un de mes objets préférés au Musée des arts et métiers de Paris : il s’agit du fusil chronophotographique qui constitue une transition entre la photographie et le cinématographe des frères Lumière.

Au 19e siècle la technique photographique progresse rapidement, on passe d’une plaque à une pellicule, on miniaturise… Comme pour tous les objets de ce musée, il y a l’invention, puis, les innovations qui viennent d’esprits inventifs.

Le fusil chronophotographique n’est dû ni à un ingénieur, ni à un photographe, il est dû à Marey, un médecin physiologiste qui voyait dans la photographie un outil pour mieux appréhender les fonctionnements des organismes vivants.

Il dit : « Je suis fasciné par le mouvement qui est le signe le plus apparent de la vie. Je voudrais tellement arriver à comprendre les mécanismes de plusieurs lois de la Nature. Je cherche tous les moyens de capter des traces visuelles de ces mouvements car je me méfie de nos sens dont la perception est trop lente et trop confuse. La trace reste, le mouvement s’en va. »

Le fusil de Marey, en 1882, est muni d’une chambre circulaire dans laquelle se trouve une plaque permettant de prendre douze images consécutives en une seconde. En 1888, il utilise une pellicule mobile, et, enfin, en 1890 une pellicule souple Kodak dans le cadre de l’observation du vol d’une cigogne. Cela permet de corréler la forme des structures impliquées avec le mode de déplacement.

Marey ouvre ainsi la voie à l’étude, par exemple, de la morphologie fonctionnelle : on comprend mieux le mode de déplacement des animaux et des humains grâce à la décomposition des étapes des mouvements.

Ainsi, en comprenant le lien entre les structures, les contraintes qu’elles exercent et les mouvements possibles, on peut extrapoler et reconstituer des postures et des modes de déplacement d’animaux dont il ne nous reste que les os… La chronophotographie permet également à Marey de contribuer à l’étude de la physiologie cardiaque et de la circulation sanguine… et bien d’autres sujets.

Ainsi en tant qu’objet de transition, le fusil chronophotographique est non seulement l’aïeul du cinématographe mais également un outil scientifique ayant permis de grandes avancées scientifiques.