Événements

Les balades à Paris

Samedi et dimanche à 08h45 et 16h20

La mort d'Henri II
La mort d'Henri II © Getty -

Mort tragique de Henri II le 10 Juillet 1559

Diffusion du mercredi 10 juillet 2019 Durée : 3min

Aujourd’hui c’est l’anniversaire de la mort d’Henri II, survenue le 10 Juillet 1559, soit il y a 460 ans. Nous allons revenir sur les évènements qui l’ont conduit à cette fin tragique. 

Nous sommes le 30 Juin 1559, c’est une chaude journée d’été, et à l’occasion du mariage de la sœur du roi, Marguerite de Valois, avec le duc de Savoie et celui de sa fille, Élisabeth, avec Philippe 2, roi d’Espagne, la cour est en fête.

Henri II, qui était féru de romans de chevalerie, veut magnifier le retour de la paix avec de grandes fêtes et un tournoi à l'ancienne.

Un brillant tournoi sous forme de joute à cheval allait avoir lieu ; la lice était préparée dans la rue Saint-Antoine, la rue la plus large de Paris à l’époque. Elle se trouve non loin du palais des Tournelles, la résidence d’Henri II et de son épouse Catherine de Médicis.

Henri II demanda au Maréchal de Vieilleville de l’armer. La reine Catherine de Médicis est inquiète : la nuit précédant le tournoi elle a rêvé que son époux était gravement blessé, la figure en sang. Elle a encore en mémoire ce que sept ans auparavant un astrologue lui a conseillé : que le roi évite les tournois autour de la quarantaine. Henri II a justement 40 ans. 

Après s’être mesuré au duc de Savoie puis au duc de Guise, le roi eut pour rival le jeune comte Gabriel de Montgomery, capitaine de ses gardes. Une première fois, les deux adversaires s’élancent, il y a un choc entre les deux hommes mais aucun n’est désarçonné. Henri II insiste alors pour rompre une deuxième lance.

La reine le supplie d’arrêter, Montgomery affirme pourtant que la victoire est au roi mais le roi insiste et les juges du tournoi acceptent. Le maréchal de Vieilleville lui met son casque mais, dans la précipitation, oublie de mettre le crochet à la visière. Montgomery, quant à lui, oublie de changer de lance. Lorsque les deux cavaliers s’élancent, la lance de Montgomery se brise sur l’armure, glisse et pénètre à travers le casque du roi. On ne se rend pas compte de la gravité de la situation jusqu’à ce que le roi s’écroule au sol. 

Lorsqu’on lui enlève son casque, on peut voir que la lance cassée a transpercée en cinq endroits le visage d’Henri. Le roi est emmené au palais des Tournelles. Les médecins interviennent et 5 éclats sont retirés dont l’un, dans l’œil, fait près de dix centimètres. L’opération se déroule bien sûr avec les moyens de l’époque.

Démarre alors une longue agonie pour le roi Henri II. Il décède 10 jours plus tard après avoir connu d’atroces souffrances. Sur son lit de mort, il pardonne à Montgomery qui n’a fait qu’obéir à ses ordres. La reine interdit à Diane de Poitiers, la maîtresse du roi d’aller à son chevet bien qu’il la réclame. Catherine de Médicis est mortifiée par le chagrin, elle règnera comme régente sur ses quatre jeunes fils qui succèdent à tour de rôle à leur père. 

Réservez votre visite guidée insolite sur Cultival.fr = http://bit.ly/2xq7wvr