Replay du vendredi 26 juin 2020

Le discours de genre qui nous formate inconsciemment

- Mis à jour le

Le discours de genre cantonne nos enfants à des rôles préfabriqués qui ne leur laisse pas de réel choix. Cette émission vous donne les clefs pour être vigilant et vous aide à vous poser les bonnes questions.

Le discours de genre formate nous formate dès l'enfance
Le discours de genre formate nous formate dès l'enfance © Getty

Savez-vous qu’en faisant des différences dès le début de l’éducation et souvent sans le savoir, vous donnez raison implicitement aux différences de salaire au même poste entre une femme et un homme et à certaines discriminations… En France cette prise de conscience est encore très peu débattue alors que dans la majorité des pays développés, on en parle depuis longtemps.

Il est très difficile de se rendre compte de la manière dont on agit donc le mieux c’est de se poser des questions simples : est-ce que vous prenez votre fille et votre garçon de la même manière dans vos bras ?

Souvent les personnes en réfléchissant se rendent compte qu’ils ont été un peu plus brutal avec les filles ou en tous cas différent d’un sexe à l’autre. C'est un exemple. Prenez les actions du quotidien et regardez comment vous transmettez sans en être conscient, vos modèles préformants.

On fait des différences négatives et discriminantes que ce soit à l’égard d’un garçon ou une fille mais pour chaque sexe les enjeux sont plus ou moins visibles.

Un garçon ce n’est pas bon de ne pas trop le rassurer…

Alors qu’une fille on va la ramasser plus souvent si elle tombe car on la perçoit plus fragile alors que les deux sexes sont extrêmement équivalent à l’âge de la marche.

Si on regarde les différences sur les garçons on tombe moins dans le féminisme et cela passe mieux.

Le sport aussi : on encourage plus le sport chez les garçons et les hommes que les femmes.

Les types de sports aussi, les sports violents sont considérés comme des sports pour homme. Pourquoi les hommes doivent se faire mal, se faire des blessures et c’est bien ?

Les filles font du karaté… mais un homme qui fait de la gymnastique, ça peut être mal vu alors qu’un homme peut être gracieux. 

La nage synchronisée est un très bon exemple. Si vous voulez changer votre point de vue regardez le film qui se passe en piscine avec des hommes qui veulent concourir et être pris au sérieux ! Un magnifique film dans sa version anglaise comme française.

Un petit garçon qui fait de la danse classique va se faire "regarder de travers" alors que lorsqu’il atteint le niveau professionnel, ça choque moins.

On a été élevé dans un contexte et une culture qui nous a formaté.

L’idée c’est d’essayer de faire le moins de carcan possible, de créer de la liberté car plus on créé un carcan par nos actes et moins la personne ira vers ses vrais choix, sa liberté, ses vrais désirs et donc sa propre expression du bonheur.

En médecine aussi des comportements choquants existent. Exemple : la maternité est toujours considérée comme étant le domaine des femmes. C’est pourquoi les moyens de contraception pour homme sont rares et mal acceptés en France. Alors que redonner le contrôle à un homme de sa procréation, c’est positif. On a le droit de faire partie de la décision, et quand on dit ça à un homme ça le fait réfléchir.

Culturellement ça semble tellement appartenir à la femme qu’on ne demande pas aux hommes leur avis ni comment ils aimeraient que ça se passe. 

On parle très peu de la discrimination des hommes alors qu’ils sont en position de faiblesse dans de multiples domaines mais comme cela semble moins flagrant et qu’ils sont dominants de manière sociétale, on ne fait pas attention à ce type de différentiation.

Le congé parental des hommes – 10 jours ouvrés pour les papa versus plusieurs semaines qui augmente avec le nombre d’enfants pour une femme. Comment un papa peut créer un lien en 2 semaines ? Les hommes doivent s’occuper de leurs enfants et veulent avoir une place équivalente à celle de la mère. C’est une des plus belles choses que tu fais dans une vie donc pourquoi la société imprime le fait que les pères y ont moins droit ?

Et on ne parle pas de la trans-identité qui est un problème dans notre société. Il y a tellement de différence dans notre société entre les hommes et les femmes que si on ne s’apparente pas avec le bon sexe, on a besoin de changer de sexe avec toutes les souffrances que cela implique. N’est-ce pas déjà un indicateur de problème ? Dans certaines cultures être un homme-femme ou une femme-homme est un atout, ou une exception valorisée.

S’il y avait moins de différence entre les hommes et les femmes on aurait peut-être moins de transgenre, chacun pourrait choisir son identité librement. Moins de formatages, de stéréotype feraient qu’un homme pourrait être féminin sans choquer et vis-versa. 

Les stéréotypes de genre changent d’un pays à l’autre. C’est donc bien une construction de l’esprit.

Les cheveux longs ou cheveux courts par exemple : ce n’est pas un critère déféminisant d’avoir les cheveux courts en France à notre époque.

Les femmes allemandes peuvent être poilues alors que les hommes ont tendance à tout raser. 

Ce qui montre que c’est vraiment de l’acquis, pas du biologique… la manière dont on va percevoir ces signes et le répercuter sur les autres, c’est une pure construction. On peut changer ça. Chacun, de sa fenêtre et créer de la liberté pour les générations futures, qui ne nous attendent pas, d'ailleurs pour faire évoluer les choses et heureusement !