Replay du mercredi 5 mai 2021

Alain, 60 ans de pêche au lac du Der. La passion du brochet

- Mis à jour le

Passion qu'il transmet à son petit fils avec qui il il fait un concours de la plus grosse prise. C'est le petit fils qui est en tête avec un silure de 2 mètres 21 !

Alain, pêcheur vitryat venu retirer ses bagues à carnassier à la maison des pêcheurs du lac du Der
Alain, pêcheur vitryat venu retirer ses bagues à carnassier à la maison des pêcheurs du lac du Der © Radio France - Nicolas Schmitt

Alain, habitant de Vitry-le-François, est un habitué du lac Der, un amoureux même. Il adore s'y promener, au bord ou à bord d'une barque. J'y allais gamin avec les grands pères, dans des barques en tôle sur le vieux Der, se souvient-il. Il est de passage à la maison des pêcheurs du lac du Der pour s'acquitter de ses droits de pêche et prendre quelques bracelets pour la pêche aux carnassiers. Car depuis trois ans, pour pouvoir transporter les carnassiers, les pêcheurs doivent les baguer, avec ce qui ressemble à des scellés en plastique. Cela permet de réguler les prises. Sur le lac du Der, un pêcheur est autorisé à prendre deux prises par jour, brochet et sandre confondus.

Les bagues à carnassiers que délivre la maison des pêcheurs du lac du Der
Les bagues à carnassiers que délivre la maison des pêcheurs du lac du Der © Radio France - Nicolas Schmitt

Mais pour Alain, cette mesure aurait dû être prise il y a 40 ans. Il y a eu selon lui, beaucoup trop d'abus. Il pratique le plus souvent le "No Kill". C'est à dire la remise à l'eau de la prise.  En ce moment on les remet à l'eau. Quand ils sortent de fraye ils ne sont pas bons.

Les gens ils voient ce qu'on prend, mais ils voient pas ce qu'on relâche. C'est un peu comme le patron, il voit quand on boit mais jamais quand on a soif

Alain, qui n'a pas sa langue dans sa poche, est un peu remonté contre les promeneurs qui pensent que les pêcheurs prennent trop de poisson. Les gens ils voient ce qu'on prend, mais ils voient pas ce qu'on relâche. C'est un peu comme le patron, il voit quand on boit mais jamais quand on a soif ! Les gens nous traitent de viandard. Il faut leur expliquer ça !

Et la pêche au brochet, c'est la chasse gardée d'Alain...de bout en bout. Madame n'y touche pas. Il le sort de l'eau, l'écaille, le vide et le cuisine : Au four avec du vin blanc, et de la crème fraîche à la fin... pour la ligne !

Le brochet c'est bien, c'est bon, mais pour le sport, rien ne vaut le silure. Et avec son petit fils, ils se sont lancés dans un concours de la plus grosse prise. Et c'est le plus jeune qui est en tête avec un spécimen de 2 mètres 21 ! Nos deux passionnés attendent les prochaines vacances avec impatience pour partager à nouveau de bons moments ensembles.

Mots clés: