Replay du jeudi 24 juin 2021

La chorale des p'tits maillots rouges à Chalons-en-Champagne : ouvrir les enfants à d'autres cultures

- Mis à jour le

Pour ses 10 ans, la chorale propose un programme basé sur les chansons des pays d'où sont originaires les parents d'élèves étrangers vivant à Châlons.

La chorale des p'tits maillots rouges dans la cours de l'école Jules Ferry à Chalons-en-Champagne
La chorale des p'tits maillots rouges dans la cours de l'école Jules Ferry à Chalons-en-Champagne © Radio France - Nicolas Schmitt

Cette année, pas de grand concert sur la place Foch pour lancer le festival Furies, mais 4 dans les différentes écoles participantes. Le premier avait lieu à l'école Jules Ferry où 150 enfants étaient impatients de chanter ensemble, certains avec leur papa ou leur maman. Car c'était bien l'idée de Romain Changenot, chef de chœur et intervenant musical au conservatoire de Châlons-en-Champagne. Pour ce 10ème anniversaire, il a demandé aux parents d'élèves étrangers vivant à chalons, de proposer une chanson de leur pays et de l'interpréter avec la chorale.

Akan et Hasser venus chanter une chanson turque accompagnés d'un saz, instrument typique de leur pays.
Akan et Hasser venus chanter une chanson turque accompagnés d'un saz, instrument typique de leur pays. © Radio France - Nicolas Schmitt

Turquie, Albanie, Tahiti, Croatie, Chine... au total 12 chansons de 12 pays différents constituaient le programme. Les parents les ont apprises à Romain Changenot qui les a ensuite travaillées avec les élèves des écoles dans lesquelles il intervient. Et le jour du concert, les 150 enfants étaient accompagnés de musiciens professionnels chalonnais. 

Les musiciens chalonnais qui accompagnent la chorale
Les musiciens chalonnais qui accompagnent la chorale © Radio France - Nicolas Schmitt
Les membres de l'association de polynésie française ont interprété "iaorana" qui veut dire bienvenue en tahitien.
Les membres de l'association de polynésie française ont interprété "iaorana" qui veut dire bienvenue en tahitien. © Radio France - Nicolas Schmitt
Mots clés: