Toutes les émissions

Les échappées de Nicolas

Du lundi au vendredi à 8h50, 14h50 et 17h25 et le dimanche à 10h

Les salariés de la Maison Krug en plein travail de dégorgement. L'outil de production avait été déplacé du rez de chaussée au 1er niveau de cave.
Les salariés de la Maison Krug en plein travail de dégorgement. L'outil de production avait été déplacé du rez de chaussée au 1er niveau de cave. - Archives Maison Krug

Conflit 14-18 : la vie souterraine dans les caves de Champagne

Diffusion du jeudi 8 novembre 2018 Durée : 3min

Des kilomètres de galeries et des hectares de caves. La ville de Reims disposait de nombreux abris où les habitants pouvaient se réfugier pendant les bombardements, et où la vie s'organisait. Illustration à la Maison Krug.

La maison Krug, en plein centre de Reims, illustre très bien la vie d’une famille impactée par la guerre. Joseph Krug, petit fils du fondateur, alors officier de réserve, doit prendre part au conflit mais il est fait prisonnier et envoyé en Allemagne dès septembre 1914. Son frère est tué fin août 1914 près d'Ecordal dans les Ardennes.  Jeanne Krug, l'épouse de Joseph, prend alors la direction de la Maison et s'investit beaucoup dans l'aide aux blessés et à la population, en s'engageant dans la Croix Rouge en tant qu'infirmière. 

Ouvrir ses caves à la population

Dans les premières semaines du conflit, les bombardements se font à heure fixe et en pleine journée. Les gens s'organisent donc pour quitter la ville. Mais quand ces bombardement deviennent anarchiques, c'est jour et nuit que Reims peut être touchée. Jeanne Krug décide alors d'ouvrir ses caves à la population. 

Jeanne Krug, dans son habit d'infirmière, sur la place du Forum de Reims en 1914 - Aucun(e)
Jeanne Krug, dans son habit d'infirmière, sur la place du Forum de Reims en 1914 - Archive Maison Krug

L'outil de production est descendu au 1er niveau de cave et les collaborateurs continuent le travail de remuage, embouteillage, dégorgement, habillage... à l'abri des bombes. Les habitants eux, trouvent refuge au 2nd niveau de cave à environ 20 mètres en dessous de la surface, au milieu des bouteilles.

Moment de repos parmi les bouteilles entre deux murets de ciment - Aucun(e)
Moment de repos parmi les bouteilles entre deux murets de ciment - Archive Maison Krug

Notre installation est presque luxueuse : devant un tas de bouteilles, entre deux petits murs de ciment, nous avons deux matelas côte à côte, deux matelas pour trois ! Alice Martin. Sous les obus et dans caves. Notes d'une bombardée de Reims. 

Les salariés prennent le temps d'écrire pour témoigner - Aucun(e)
Les salariés prennent le temps d'écrire pour témoigner - Archives Maison Krug

Nous vivons dans l'anxiété de voir arriver une bombe sur l'établissement et sur nous-même. Extrait d'une lettre adressée à Jeanne Krug par un collaborateur de la Maison. Reims, 30 septembre 2014

Et la vie s'organise : L'école.

Très rapidement, on se rend compte que cette guerre est partie pour durer, donc les habitants s'organisent pour tenter de reprendre une vie  un temps soit peu normale. Une vie scolaire s'organise.  L'Inspection Académique sollicite les maisons de Champagne de Reims pour accueillir les classes dans leurs caves. Certaines, dont la Maison Krug répondent favorablement et c'est ainsi que des pupitres sont installés, des cartes accrochées aux murs, et deux institutrices font classes à une quarantaine d'élèves.

Petit déjeuner en famille avant l'école - Aucun(e)
Petit déjeuner en famille avant l'école - Archive Maison Krug

L'office religieux

Le temple de l’Église réformée tout proche ayant été détruit, la communauté protestante s'était réunit dans une des salles souterraines de la Maison Krug appelée « la Crypte » pour y célébrer les offices.

Préparation du culte dans la "crypte" - Aucun(e)
Préparation du culte dans la "crypte" - Archive Maison Krug
La communauté protestante installée sur des caisses pour suivre l'office - Aucun(e)
La communauté protestante installée sur des caisses pour suivre l'office - Archives Maison Krug

La cuisine

A la lueur des bougies et des lampes à pétrole, chacun s’occupe à lire, cuisiner, discuter, tricoter, pour passer le temps comme il le peut

La veillée du soir - Aucun(e)
La veillée du soir - Archive Maison Krug

Si seulement ce terrible bombardement prenait fin, on pourrait respirer librement. Extrait d'une lettre adressée à Jeanne Krug par un collaborateur de la Maison. Reims, 26 septembre 1914

La cuisine improvisée - Aucun(e)
La cuisine improvisée - Archive Maison Krug

Et notre provision de cacao, de riz, de nouilles pourra nous alimenter longtemps. Alice Martin. Sous les obus et dans caves. Notes d'une bombardée de Reims.

Des femmes tricotent et occupent leur temps en bavardant pendant les bombardements - Aucun(e)
Des femmes tricotent et occupent leur temps en bavardant pendant les bombardements - Archives Maison Krug

Célébration et divertissement

Chez Krug à Noël 1915, les militaires ont organisé une petite fête avant de retourner au front. Ils avaient préparé et joué un spectacle sous la forme d'une pièce de théâtre avec des chansons. 

Dans d'autres maisons, des séances de cinéma étaient organisées

Noël 1915 dans les caves de la Maison Krug - Aucun(e)
Noël 1915 dans les caves de la Maison Krug - Archives Maison Krug

Malgré la guerre, des grands millésimes

Lorsque la guerre éclate en août 1914, la vendange s’annonce très qualitative, d’une qualité telle qu’on en n’avait plus vue depuis 1907. Les vins de 1915 font également un grand millésime.

La récolte des raisins dans certains secteurs s’est faite à quelques centaines de mètres des tranchées et sous les bombardements. Les vins n’ayant pu être rapatriés à Reims dans les celliers Krug, ils sont conservés dans les établissements de vignerons partenaires de la Maison. 

Jeanne Krug informe son époux de l’avancée des vendanges, de la qualité des vins, et transmet les recommandations de Joseph Krug au Chef de Caves concernant les approvisionnements et les assemblages. En 1915, elle constate : 

Chaque fois que je parle des vins de 1914 et de 1915, je soulève l’admiration de tous pour la vaillance des producteurs et des négociants.

Les vendanges 1914 et 1915, malgré les conditions exceptionnelles dans lesquelles elles se déroulent, permettent l’élaboration de deux grands millésimes dont la Maison Krug conserve quelques bouteilles dans ses caves, au sein du Caveau Collection.

Les millésimes jalousement gardé dans un espace fermé : le caveau collection dans lequel ne reste qu'une bouteille du millésime 2014 et deux de 2015 - Radio France
Les millésimes jalousement gardé dans un espace fermé : le caveau collection dans lequel ne reste qu'une bouteille du millésime 2014 et deux de 2015 © Radio France - Nicolas Schmitt
Isabelle Pierre, responsable patrimoine pour les Maisons Krug, Ruinart et Veuve Clicquot, dans les caves Krug devant les pupitres de remuages. - Radio France
Isabelle Pierre, responsable patrimoine pour les Maisons Krug, Ruinart et Veuve Clicquot, dans les caves Krug devant les pupitres de remuages. © Radio France - Nicolas Schmitt

Un grand merci à la Maison Krug pour le prêt et l'autorisation de publication de ses photos d'archive.