Toutes les émissions

Les échappées de Nicolas

Du lundi au vendredi à 8h50, 14h50 et 17h25 et le dimanche à 10h

La façade de la gare de Reims mesure 95 mètres de long et porte encore les stigmates de son histoire
La façade de la gare de Reims mesure 95 mètres de long et porte encore les stigmates de son histoire © Radio France - Nicolas Schmitt

Les petits secrets de la gare de Reims

Diffusion du mercredi 28 novembre 2018 Durée : 3min

Son surnom, sa fréquentation ou ses cicatrices, la gare de Reims se révèle dans les échappées

Reims la Magnifique

La très belle gare de Reims nous offre ses 95 mètres de façade depuis 1860. Son architecture a été pensée comme celle d'un palais. Un pavillon central, à gauche le pavillon Paris et à droite le pavillon Charleville : trois pavillons rattachés par un énorme couloir et des ornements uniques dans l'Est de la France pour un établissement ferroviaire.  

Autant d'atouts qui lui ont valu le surnom de Reims la Magnifique

Reims la Magnifique qui porte encore les stigmates des périodes agitées de l'histoire de France. Il suffit pour cela de s'approcher de la façade pour y trouver de nombreux petits trous. Autant d'impacts de balles, d'obus ou de mitraille datant de la première guerre mondiale. 

La façade de la gare criblée d'impacts de balles datant de la première guerre mondiale. - Radio France
La façade de la gare criblée d'impacts de balles datant de la première guerre mondiale. © Radio France - Nicolas Schmitt

Des impacts qui n'ont pas été rebouchés lors de la rénovation de la façade en 2010. 

Une de nos exigence était de garder la trace de ce passé avec les marques de l'histoire : les impacts de balles. Hervé Chatriot, directeur adjoint des gares de Champagne Ardenne

Un flux d'un million de personnes

Aujourd'hui pour Hervé Chatriot, une gare est un lieu de vie et l'exemple de Reims l'illustre parfaitement car la gare est un lien entre deux quartier. Le centre-ville devant le parvis et le quartier Clairmarais, derrière. Et cette gare est un lieux de passage. Pour les voyageurs bien sûr, mais pour les passants qui représentent un flux annuel d'un million de personnes qui ne font que passer en gare.