Replay du lundi 25 février 2019

Comment se faire indemniser en cas d'accident sur les pistes de ski ? avec Jackye Kessler de l'ADVA.

- Mis à jour le

Chaque année, on dénombre 140 000 accidents de ski ou de snowboard en France. De la fracture au traumatisme crânien, les préjudices corporels peuvent être plus ou moins graves. Comment faire valoir vos droits d'indemnisation ? Les conseils de l'association Défense des victimes d'accidents.

Jackye Kessler de l'Association Défense des Victimes d'Accidents
Jackye Kessler de l'Association Défense des Victimes d'Accidents - Jackye Kessler

Premier réflexe en cas d'accident : récolter des témoignages

Si vous êtes victime d'un accident sur les pistes de ski, qu'il soit causé par un tiers ou par du matériel, le premier réflexe à adopter est de récolter l'observation et les coordonnées d'un témoin. 

Il faut ensuite, quelque soit la gravité apparente de votre blessure, déclarer celle-ci auprès de votre assurance. Vous pourrez ainsi faire valoir vos droits de victimes avec les conseils de l'ADVA.

Le parcours  des victimes et les conseils de l'A.D.V.A

  1. Déclaration de l'accident à votre assurance par lettre recommandée avec AR. Faire un double de votre dossier avec que toutes les pièces restent en votre possession
  2. Vous êtes convoqués à une 1ère expertise médicale. N'oubliez pas que les expertises sont faites par des   médecins diplômés en réparation corporelle et rémunérés par les assurances. Contactez l'ADVA qui vous aidera à vérifier les conclusions de l'expertise, avec ses médecins experts indépendants.
  3. Après consolidation de votre blessure, vous êtes de nouveau convoqué à une 2ème  expertise, pour évaluer vos postes de préjudices. Faites-vous assister par un médecin diplômé en réparation corporelle, indépendant des organismes d'assurance (non rémunérés par les assurances) et faisant partie d'une association de médecins indépendants des organismes régleurs.
  4. Votre assurance ou l'assurance adverse, vous fait une proposition d'indemnités. Les assurances ne tiennent pas toujours comptes des barèmes des tribunaux de grande instance, qui vous permettent d'obtenir réparation de vos préjudices. Demandez conseil à l'ADVA.