La vie en Bleu : experts

Les experts de France Bleu Elsass

Du lundi au vendredi à 9h05

Contrôleur technique automobile
Contrôleur technique automobile © Radio France - Fabrice Marion

Contrôle Technique : Thierry Schreiber

Diffusion du mardi 10 octobre 2017 Durée : 22min

Réécoutez notre expert contrôleur,Thierry Schreiber, vous expliquer les changements du contrôle technique.

Thierry Schreiber est contrôleur au centre de contrôle Autovision à Wissembourg.

Le contrôle technique et sa contre-visite subiront quelques changements à partir de mai 2018. Découvrez tout ici!

Ces derniers jours vous êtes peut-être tombé sur plusieurs articles énonçant une liste exhaustive des changements qui auront lieu dans le contrôle technique à partir de Mai 2018. Nous avons fait le tri dans ce brouillard de données quelquefois erronées, afin que vous puissiez bénéficier d’une information claire de la part de notre réseau.

Ci-dessous les affirmations que nous avons pu lire sur les plateformes de différents médias, accompagnées des réponses de notre service technique :

« On passe de 124 points de contrôle actuellement à plus de 400 » FAUX

À ce jour, et cela depuis juin 2017, il y a 123 points de contrôle à examiner lors d’une visite technique périodique. Au 20 mai 2018 nous passerons à 131 points de contrôle.

« Les contrôleurs qui jusqu’ici se recrutaient parmi les titulaires d’un CAP, devront être titulaires d’un diplôme de niveau 4 (type Baccalauréat) afin d’exercer. Certains contrôleurs ne vont pas pouvoir poursuivre l’activité. » VRAI & FAUX

Ce nouvel amendement ne concerne que les contrôleurs entrant dans la profession. Effectivement, ces derniers devront être titulaires d’un diplôme de niveau 4 (type Bac) afin d’exercer. Par contre, les contrôleurs exerçant le métier avant la mise en place de l’arrêté ne sont pas concernés.

« Sur les 400 points de contrôles, 126 seront considérés comme critiques » FAUX

Au 20 mai 2018 il n’y aura pas 400 points de contrôle, mais 131. Il y aura 599 défauts possibles et sur ces défauts 127 seront considérés comme critiques, et non pas 126.

« En cas de décèlement de points critiques, le véhicule se verra apposer une vignette valable 24 heures. Interdit de circuler, le véhicule pourra juste rejoindre un garage pour y recevoir les réparations. Actuellement, le propriétaire dispose de 2 mois pour mettre son véhicule en conformité. » VRAI & FAUX

Dans le cas d’un signalement de point critique type :

– Vitrage fissuré ou décoloré à l’intérieur de la zone de balayage des essuie-glaces.

– Usure excessive des articulations

– Maitre-cylindrique défectueux ou non étanche

Le véhicule devient dangereux, pour son utilisateur ainsi que pour les autres automobilistes.

Le propriétaire pourra être amendable par les forces de l’ordre dès le lendemain du contrôle technique. Il aura l’autorisation de se déplacer avec son véhicule uniquement pour effectuer les réparations nécessaires et son contrôle technique. Par contre l’automobiliste possède toujours deux mois pour mettre son véhicule en conformité.

« Pour le moment, le contrôle technique devrait rester obligatoire tous les 2 ans » VRAI

En mai 2018 le contrôle technique restera obligatoire tous les deux ans.

« La France a décidé d’appliquer la nouvelle directive qui est d’inspiration européenne » FAUX La nouvelle directive européenne est obligatoire. La France a donc l’obligation de l’appliquer.

« Le contrôle technique pourrait selon certaines estimations doubler en mai prochain » FAUX

Le prix ne doublera pas, mais le temps passé sur le véhicule sera plus important donc une hausse tarifaire sera possible.

« Mais il faut également penser à l’environnement puisque le Contrôle technique est aussi le moment de mesurer le niveau d’émissions polluantes, particules oxyde d’azote (NOx). Le nouveau contrôle « 5-gaz » fera partie de la batterie de tests du nouveau Contrôle technique, un moyen notamment de détecter et donc lutter contre la suppression du filtre à particules (FAP) sur certains véhicules diesel. »

Rien n’est confirmé, nous sommes dans l’attente d’une réponse du ministère

« Dès le 20 mai 2018, de nouveaux points de contrôle seront ajoutés, passant de 124 actuellement à 134 en 2018. Ce n’est pas tout, puisque le nombre de défauts soumis à contre-visite va passer de 196… à 346 » FAUX

Voici ci-dessous le tableau récapitulatif des chiffres des points de contrôle, défauts, points critiques et le nombre de défauts entrainant une contre-visite.

Il faut savoir que les défauts pourront être multipliés par 2 ou 4 en fonction de leur emplacement sur le véhicule (avant, arrière, gauche droite) contrairement à ce qui est en place actuellement.

Obligatoire depuis 1986 pour les transactions de véhicules, le contrôle technique a été étendu à tous les Véhicules Légers en 1992. Il a été mis en place par les pouvoirs publics dans un but de sécurité et pour éviter que des véhicules ne répondant pas aux règles de sécurité circulent sur le territoire français.

Il concerne les véhicules de tourisme et les véhicules utilitaires légers dont le poids n’excède pas 3,5 Tonnes. Tous les véhicules de 4 ans et plus sont concernés. Son renouvellement s’effectue tous les deux ans. Les véhicules spécifiques (Taxis, véhicules de dépannage, Sanitaires, etc.) sont contrôlés annuellement.

Si vous vendez un véhicule et si celui-ci a plus de 4 ans, le procès-verbal de contrôle technique doit être daté de moins de 6 mois à la date du dépôt du dossier en Préfecture et doit être présenté à l’acquéreur avant la signature du contrat de vente. Depuis le 31 mars 2011, le Contrôle Technique concerne 124 points de contrôle dont 72 sont à corriger avec obligation d’une Contre-Visite de vérification.

Le contrôle technique de votre véhicule est réalisé par un contrôleur technique agréé par la Préfecture. Il vérifie, sans aucun démontage, les organes essentiels de votre véhicule liés à la sécurité et à l’environnement.

Pour plus d'informations, rendez-vous sur le site d'Autovision Wissembourg.