Replay du samedi 28 septembre 2019

Mes pêches sont piquées et pourrissent

"Mes pêches sont belles mais elles sont piquées par des insectes et finissent par pourrir. " Bernadette de Clermont-Ferrand

De belles pêches juteuses!
De belles pêches juteuses! © Getty

Les pêches sont attaquées par ce qu'on appelle la tordeuse. C'est un papillon qui vient pondre dans le fruit.  La larve se développe et le fruit pourrit de l'intérieur.

Lionel Desbordes, expert jardin de France Bleu Pays d'Auvergne
Lionel Desbordes, expert jardin de France Bleu Pays d'Auvergne © Radio France - Valérie Pocheveux

Il faut éliminer les fruits qui sont gâtés. Il ne faut pas les laisser tomber au sol, parce que le papillon va aller se nymphoser  dans le sol. Et l'année d'après, on va avoir un nouveau papillon qui va sortir. Et comme il aura l'arbre juste à côté de lui, il aura juste à repondre dessus!

Donc pour couper le cycle, il faut éliminer les fruits qui sont atteints.

Le traitement

Il existe différents traitements:

  • les insecticides naturels qui fonctionnent correctement
  • les pièges à phéromones  qui fonctionnent très bien. Les papillons pour se repérer entre eux, mâle-femelle, émettent des phéromones. On va donc leurrer les papillons en installant un piège qui contient ces phéromones. Cela va les attirer et les piéger.
  • Si le piège ne suffit pas, il faut intervenir au moment de la nouaison. C'est  dire quand le fruit est formé et qu'il fait à peu près la taille d'un pouce. C'est à ce moment que les ravageurs attaquent. On intervient avec des produits à base de bacillus, un insecticide très efficace contre les chenilles.

Il est vrai que l'on voit les dégâts sur les fruits en fin de cycle. La pêche arrête sa croissance et pourrit. Les pêches ont l'air belles mais quand on les ouvre, elles sont toutes abîmées.

Posez vos questions en direct aux experts jardin de France Bleu Pays d'Auvergne le samedi de 9h à 10h

En téléphonant le samedi entre 9h et 10h au 04 73 34 2000

En remplissant le formulaire suivant

Émission animée par Laurent Boucry

Mots clés: