Replay du lundi 29 mai 2017

La sclérose en plaques

avec le Pr Gilles Edan, neurologue et membre du comité médico-scientifique de la Fondation ARSEP, pour l’Aide à la Recherche sur la Sclérose En Plaques

La sclérose en plaques touche 100 000 personnes en France et 5 000 en Bretagne. Cette maladie du système nerveux central est à l’origine de handicaps plus ou moins sévères.
La sclérose en plaques touche 100 000 personnes en France et 5 000 en Bretagne. Cette maladie du système nerveux central est à l’origine de handicaps plus ou moins sévères. © Maxppp - Vincent Isore

La sclérose en plaques touche 100 000 personnes en France et 5 000 en Bretagne, 3 fois plus les femmes que les hommes. 2 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année.
Les symptômes de cette maladie neurologique sont variés. Il y a des troubles de l’équilibre et de la marche, des troubles sensitifs, visuels, urinaires et sexuels, des troubles de la mémoire, accompagnés de douleurs et d’une extrême fatigue.
Cette maladie du système nerveux central peut être à l’origine de handicaps plus ou moins sévères.
La sclérose en plaque a été découverte au XIXe siècle. Mais aujourd’hui, malgré les nombreuses recherches, aucune méthode de détection n’est fiable à 100 %.

Qu’est-ce que la sclérose en plaques ?
Quelles sont les causes de son développement ?
Certains publics sont-ils plus touchés que d’autres ?
Tous les malades ont-ils les mêmes symptômes ?
Comment évolue la maladie ?
Des facteurs génétiques sont-ils invoqués dans certains cas de déclenchement ?
Quels sont les traitements les plus efficaces ?
Comment les malades sont-ils accompagnés ?
Où en est aujourd’hui la recherche sur la maladie et sur les traitements ?

Pour répondre à vos questions et réagir à vos témoignages, je reçois aujourd’hui le Professeur Gilles Edan. Il est neurologue et membre du comité médico-scientifique de la Fondation ARSEP, Fondation pour l’Aide à la Recherche sur la Sclérose En Plaques.

Vous pourrez échanger avec lui, témoigner et poser vos questions sur francebleu.fr, sur les réseaux sociaux et au 02 99 67 35 35.

Mots clés: