Émissions Toutes les émissions

Les mots d'oc

Du lundi au vendredi à 7h40 et 8h55

1min

11 novembre

Par et le vendredi 11 novembre 2016
Podcasts : iTunes RSS
armistice
armistice © Getty

Le 11 novembre 1918 marque l'armistice. C'est officiellement la fin de la première guerre mondiale. Et ce matin dans les Mots d'Oc, on vous parle de la grande guerre d'un point de vue occitan …

Çò primièr / tout d'abord, lorsque elle rentre en guerre en 1914, la France est alors un pays plurilingue. L'occitan est encore majoritairement parlé à la campagne ainsi que dans les bassins ouvriers. E pr'aquò brave mond / néanmoins, la question linguistique demeure curieusement absente de l'historiographie de la Première Guerre mondiale en France. La grand guèrra faguèt pas gaire de degalhs materials en çò nòstre / en Occitanie, la première guerre mondiale ne fait pas vraiment de dégâts matériels. Par contre, elle y cause de terribles pertes humaines.

Combien de morts du côté des soldats originaires des régions occitanes ?

700 000 morts sur 1 310 000 (soit la moitié), pour un quart de la population française. N'avètz la pròva quand vesètz la lista dels defuntats als monuments pels mòrts / vous en avez la preuve avec la liste de noms des monuments aux morts dressés dans les villages qui témoignent aujourd'hui de l'incroyable saignée / foguèt un masèl, un chaple pels soldats occitans. Alavetz, per las trencadas / dans les tranchées, beaucoup de soldats occitans ne sachant pas parler français subissent une sorte de rejet, de racisme anti-méridional. Comme avec ce 15e corps d'armée composé de soldats provençaux, accusés d'avoir lâché prise devant l'ennemi en Lorraine en août 1914. Plus de 4000 morts en 10 jours.

Pourquoi cette accusation ?

E ben pr'amor qu'aquela estigmatizacion / cette stigmatisation des soldats Provençaux va permettre de dédouaner l'état major de ses responsabilités en lui trouvant un bouc émissaire: les Provençaux. Çò segur / durant cette guerre, ce qui est certain, c'est que la classe la plus combative est celle des paysans. E fins en 1914 / et jusque en 1914, les paysans sont plus nombreux en Occitanie que dans la France du Nord (qui est plus industrielle). Et pourtant à l'époque, le patriotisme français y est au moins aussi vigoureux chez nous que dans les autres régions de France.