Les mots d'oc

Du lundi au vendredi à 7h40 et 8h55

L'école Matabiau à Toulouse qui enseigne l'Occitan
L'école Matabiau à Toulouse qui enseigne l'Occitan - Géraud Delbès

L'enseignement des langues régionales

Diffusion du vendredi 29 novembre 2019 Durée : 2min

Ce matin dans les Mots d'Oc sur France Bleu Occitanie, on vous parle de la situation de l'enseignement des langues régionales et en particulier de l'occitan. Comment ça se passe dans l'académie de Toulouse ?

E ben escotatz mainat: selon le Centre Régional des Enseignants d'Occitan de l'académie de  Toulouse, de moins en moins de jeunes apprennent la lenga nòstra. La baisse est assez sensible: entre 10 et 20% de collégiens en moins, pour cette année. C'est pire en lycée: de 40 à 50 % d'effectifs en moins. Alara, i a quicòm que truca / il y a quelque chose qui ne va pas. Et selon les professeurs d'occitan, c'est à cause de la réforme du lycée voulue par Jean-Michel Blanquer. Et si les effectifs baissent dans le secondaire, il en est forcément de même à l'Université. Per exemple a l'Universitat Tolosa 2 Joan Jaurés, 6% d'étudiants en moins inscrits en licence d'occitan pour cette année 2019/2020.

Alors, comment sortir de cette crise ?

Les professeurs d'occitan en ont assez des belles paroles du rectorat et du Ministère de l'Éducation Nationale / n'an un sadol los professors d'occitan d'aquelas polidas paraulas coma ''m'as colhonat quand t'ai vist''. Du coup, demain à 11h00 aura lieu une grande manifestation à Paris, devant le Ministère de l'Éducation Nationale. Une manifestation à l'appel du collectif ''Pour que vivent nos langues''. Deman a París, auretz d'Occitans mas tanben de Catalans, de Bretons, de Basques, d'Alsacians e de Còrses / demain, les Occitans ne seront pas à seuls à manifester à Paris. Avec eux, il y aura d'autres représentants des langues historiques de France: des Catalans, Bretons, Basques, Alsaciens et Corses. Car eux aussi ne sont pas du tout satisfait de la réforme Blanquer et des conséquences néfastes pour l'enseignement des langues.

Et du côté des élus régionaux ?

Cal esperar deman ! Il faut attendre demain. En général, concernant la défense de l'occitan, les élus de notre région se mobilisent moins que leurs collègues bretons ou alsaciens. Il n'y en a quand-même. Je pense notamment au sénateur aveyronnais et occitanophone Alain Marc. Demain à Paris, le député breton Paul Molac sera présent mais aussi le corse François Alfonsi. Il sont parti prenante de cette manifestation. A voir si ce sera le cas avec d'autres élus de notre région comme Carole Delga ou encore Jean-Luc Moudenc.