Les mots d'oc

Du lundi au vendredi à 7h40 et 8h55

Eh bé !
Eh bé ! © Getty

la paresse

Diffusion du vendredi 3 mai 2019 Durée : 2min

Bon courage si vous travaillez aujourd'hui. C'est bientôt le weekend pour tous ceux qui n'ont pas fait le pont ou le viaduc du 1er mai. Vous avez peut-être la paresse et c'est normal. Comment dit-on la paresse en occitan ?

A pauròt, me'n parlèssetz pas ! Es una malautiá tarribla ! Ah, ne m'en parlez pas ! La paresse, c'est une terrible maladie. Anem brave mond, vos vau confessar quicòm: je le reconnais. Ieu tanben / moi aussi, j'ai la ''cagne''. Non, je ne prépare pas les classes préparatoire, non pas ! La cagne, c'est du francitan et ça signifie la paresse. Quand avètz la canha e que volètz pas far res / quand vous ne voulez rien faire. Pour parler de la paresse, podètz dire tanben la canha mas tanben la pigresa.

Et si ce n'est trop vous demander, vous pouvez nous donner des expressions en occitan sur la paresse ?

Allez, je vais essayer parce que c'est vous ! Lo qu'a paur de ne far tròp pels autres ne fa pas pro per el. Vous avez suivi ? Allez, je traduits: qui n'en fait pas assez pour autrui / lo qu'a paur de ne far tròp pels autres, n'en fait pas assez pour lui / ne fa pas pro per el. En occitan, avètz lo pagés. Sabètz qual es, qui es lo pagés ? Lo pagés, c'est le métayer. Dans certains cas, il peut s'agir d'un paysan aisé / lo proprietari. Quoi qu'il en soit: lo pagés, se non trabalha, non a res. Avètz entendut ? / vous avez compris ?

S'il ne travaille pas, il n'a rien ?

E ben òc, fòrt plan ! Oui, absolument ! Si certains sont paresseux au travail, fenhantejan coma cal, ils le sont beaucoup moins lorsque il s'agit d'aller manger à midi. D'une personne paresseuse, vous pouvez dire en occitan: es valent quand la padena sent. La padena, c'est la poêle. Es valent quand la padena sent / il est vaillant, courageux quand la poêle répand sa bonne odeur. Il n''empêche que, dans la vie: se cal ganhar las trempas / il faut se gagner les trempes. Las trempas, ce les tranches de pain dans la soupe. Autrement dit, il  faut travailler pour pouvoir vivre, qu'on ait la cagne, ou pas ...