Toutes les émissions

Les mots d'oc

Du lundi au vendredi à 7h40 et 8h55

Salle des mariages à Toulouse
Salle des mariages à Toulouse © Getty

le mariage en occitan

Diffusion du mardi 29 janvier 2019 Durée : 2min

Dans votre rendez-vous en occitan des Mots d'Oc, on vous parle du mariage à travers des expressions. Tout d'abord, avant de parler de mariage, on s'intéresse à la famille Comment dîtes-vous la famille en occitan ?

C'est très simple puisque partout en Occitanie (que l'on parle de la région ou de la grande Occitanie linguistique), vous dîtes la familha. Ce qui est moins simple, ce sont les histoires de famille. E ne manca pas, macarèl ! Ten, començam amb los gojats ! Alara, precisioneta, un gojat n'est pas un goujat comme en français (que disètz un mal ensenhat en lenga nòstra !). Un gojat, c'est un jeune homme. Qui se vòl pas enganar, se case lo trenta de febrièr / qui ne veut pas se tromper, qu'il se marie le 30 février. Ainsi, il ne court aucun risque.

Avant de se marier, il faut déjà trouver chaussure à son pied ?

Vertat manhac, c'est vrai ! Tenez, d'ailleurs, figurez-vous qu'il existe une expression équivalente en occitan. Cada topin tròba se cobertola. Mots pour mot, ça signifie: chaque marmite trouve son couvercle. C'est donc l'équivalent en français de l'expression: chacun trouve chaussure à son pied. Alors, tout le monde n'est pas obligé de se marier. Autrefois, les prêtres ont la réputation de faire bonne chère et jouir d'une vie tranquille, d'où cette expression: volètz passar una bona jornada ? Maridatz-vos. Una bona setmana ? Tuatz lo pòrc ! Una bona vida? Fasètz-vos curat !

Faîtes-vous curé ?

E ben òc, fanton ! Anem brave mond, on reprend depuis le début: Volètz passar una bona jornada ? Maridatz-vos. Vous voulez passer une bonne journée ? Mariez-vous. Une bonne semaine ? Una bona setmana ? Tuatz lo pòrc ! Tuez le cochon ! Una bona vida ? Fasètz-vos curat ! Une bonne vie ? Faîtes-vous curé. Alban, si vous cherchez une reconversion professionnelle ou si vous voulez changer de vie. Que ne pensatz ? A mila dieu, que me fasètz dire, je vous verrais bien en curé.