Les mots d'oc

Du lundi au vendredi à 7h40 et 8h55

Michel Serres
Michel Serres © Getty

Michel Serres en occitan

Diffusion du mercredi 9 octobre 2019 Durée : 2min

Le philosophe Agenais Michel Serres nos a quittés en juin dernier. Membre de l'Académie Française, il est l'auteur de nombreux essais philosophiques et d'histoire des sciences. Morales Espiègles, c'est le titre de son dernier livre sorti au mois de mars et désormais en occitan.

Il s'agit d'une édition bilingue, français-occitan, éditions Le Pommier .  .Alavetz: e perqué un libe de Miquèu Sèrras en occitan ? Oui, pourquoi un livre de Michel Serres en occitan ? Et bien, déjà parce que comme beaucoup de gens de sa génération, l'occitan était la langue maternelle de Michel Serres. Lo son pair que sortissèva d'Agen e la soa mair qu'èra carcinòla / son père parlait le gascon et sa mère d'origine quercynoise, parlait le languedocien (ce qui ne les a pas empêchés de se rencontrer !).

Michel Serres n'avait jamais publié en occitan ?

E ben non, pr'amor que ne sabèva pas escríver dens la lenga deus sons aujòus / là-aussi, comme beaucoup d'occitanophones du siècle dernier, Michel Serres parlait mais ne savait pas écrire en occitan (et ça en partie, à cause de l'ordonnance de Villers-Cotterêts de 1539 où le français est devenue la seule langue administrative autorisée). Ça que la, Miquèu Sèrras volèva a tota fòrça hèr paréisher un libe en occitan / toutefois, c'était avec beaucoup d'impatience que Michel Serres attendait la publication de son premier livre en occitan. C'est chose faite grâce à 2 de ses amis.

Comment s'appellent-ils ?

Paul Fave et Bernard Daubas, anciens professeurs au lycée Saint Joseph de Lectoure dans le Gers. C'est leur collègue de philo, Pierre Gardeil, qui va leur faire connaître Michel Serres. Paul Fave et Bernard Daubas sont donc les deux traducteurs en occitan de Morales Espiègles (ce qui n'a pas dû être une mince affaire !). Alavetz, Miquèu Sèrras n'aurà pas avut lo plaser de ténguer aqueth libe dens las soas mans / Michel Serres n'aura pas eu le plaisir de tenir entre ses mains la version occitane de Morales Espiègles. Mais juste avant de mourir, il aura eu l'honneur de relire la version gasconne proposée par ses deux amis. Enfin dans la préface de cette édition bilingue, je cite Michel Serres en page 15 et c'est assez émouvant, écoutez: Que pòdi morir en patz, la bocla qu'ei boclada / Je peux mourir en paix, la boucle est bouclée.