Replay du jeudi 24 septembre 2020

L’histoire de la bière remonte aux Égyptiens

Il y a en Île-de-France un patrimoine important de brasseries, on y relève en effet 94 brasseries, dont beaucoup sont ouvertes au public.

L’histoire de la bière remonte aux Égyptiens
L’histoire de la bière remonte aux Égyptiens © Getty - Klaus Vedfelt

D’ailleurs un site intitulé bière-tourisme.fr indique les brasseries qu’on peut visiter. 

Il faut savoir qu’en 2019, il y a eu un million de visiteurs dans les brasseries pour en découvrir le fonctionnement, chaque brasseur ayant son savoir-faire, à partir des matières premières, l’eau, pas n’importe laquelle, de l’orge malté, du houblon, de la levure, etc.  

En fait l’histoire de la bière remonte aux Égyptiens et il s’agissait alors du Zythum produit à partir d’orge germée et fermentée avec parfois du jus de dattes, mais sans houblon.  

De fait, la bière fut considérée par les Romains comme la boisson des esclaves, des Gaulois et des Germains, et ils la repoussèrent t au profit du vin. 

On l’appelait cervoise 

Oui, cervisia en latin, peut-être issu de la déesse Cérès pourvoyeuse de grains. 

Vers 823, un abbé de Saint-Germain-des-Prés rédigea un inventaire où il mentionne le houblon pour les boissons à base d’orge. C’est une sœur, docteur de l’église, qui encouragea au XIIe siècle l’usage du houblon dans la bière parce qu’il avait des vertus aseptisantes. En fait ce sont surtout les abbayes qui fabriquaient de la bière, pensons à la bière du monastère de Trappes, à l’origine de la bière des trappistes, ayant émigré en Belgique pendant la Révolution.  

Le fabricant de bière fut appelé brasseur, parce qu’il la brassait. Le verbe brasser étant ici issu de l’ancien français brais, qui désignait le malt mais aussi du mot bras, le liquide étant remué à la force du bras au départ. Brasser la bière, c’est faire macérer le malte dans l’eau, avant le houblonnage et la fermentation.  

Attention la bière qui se boit vient du germanique bier mais celle qu’on n’a pas envie de rejoindre est issue du francique bera, la civière puis le cercueil. Alors, si c’est un croque-mort qui vous dit Vous prendrez bien une bière, refusez tout de suite. 

Mots clés:
  • Livres