Replay du lundi 17 mai 2021

Le mot du jour : abeille

- Mis à jour le

Aujourd’hui, c’est la Journée mondiale de l’abeille, et comme on le sait, les abeilles sont présentes à Paris à travers des ruches qui sont installées sur les toits, au point qu’existe donc le miel de Paris.

Ruches sur les toits de Paris, ici en 2011
Ruches sur les toits de Paris, ici en 2011 © Getty

Vous vouliez donc leur rendre hommage, Jean, et c’est ce mot, abeille, que vous avez choisi ce matin de radiographier…

En effet, et en les chiffres sont impressionnants. Il y a près de deux mille ruches sur les toits de Paris, et au total près de cent vingt millions d’abeilles prêtes à polliniser les arbres et les fleurs de la capitale, on leur doit ses fruits et donc un miel apprécié. Il y a des équipes qui vérifient que les abeilles ont suffisamment d’espace pour circuler loin de toute machinerie ou circulation trop intense, des équipes rassemblant des apicultrices et des apiculteurs confirmés. Alors d’où vient ce mot, abeille, connu de tous. Il fleure bon le soleil puisqu’il est entré en français au début du XIVe siècle, alors écrit abueille, venu tout droit de l’ancien occitan abelha, lui-même issu de l’Italie et du latin apicula. E fait dès le départ on a marqué notre sympathie pour ces insectes d’or comme les appelle Paul Claudel. 

Et c’est donc de ce latin apicula que sont nés leurs spécialistes, les apicultrices et les apiculteurs. 

En fait, apicula est le diminutif du latin de départ, apis, racine sur laquelle on a construit tardivement, en 1845, le mot apiculteur, par analogie avec le mot agriculteur. Ce que l’on sait moins, c’est que l’abeille est avec le ver à soie le seul insecte à être domestiqué, et que cette lumière ailée comme l’appelait Victor Hugo en 1856 dans les Contemplations, est un insecte qu’on qualifie de « social ». Il est effet régi par toute une organisation puisque chaque ruche possède une abeille dite la « reine » avec ses 2500 œufs par jour. Une ruche, qui soit dit en passant est un mot qui vient du gaulois, est de fait composée d’environ 40 000 abeilles dites ouvrières, dont dix à quinze mille butineuses. On ne regrette pas leur premier nom qui était « mouche à miel ». Alors, tous à nos tartines de miel. Miel de l’Île-de- France bien sûr.

Mots clés:
  • Livres