Replay du jeudi 27 mai 2021

Le mot du jour : décrue

Il y a un mot qu’on entend avec plaisir s’agissant de la pandémie, c’est celui de la décrue, c’est-à-dire le recul des contagions.

Décrue
Décrue © Getty

 Décrue, c’est le mot que vous avez choisi, Jean.  

En effet, au moment où l’on a évoqué les mots nouveaux apparaissant dans les dictionnaires, je ne l’ai pas repéré, mais en fait cela se comprend parce que ce n’est pas un mot nouveau, c’est un sens nouveau et qui passe donc presque de manière inaperçue. Pourtant, c’est vraiment un sens qui a pris de la vigueur et pour notre plus grande joie dans le cadre des formules utilisées pour décrire l’évolution de la pandémie. On a enfin commencé il y a quelques semaines à dire que s’amorçait la décrue, on a aussi évoqué la lente décrue, en somme le pic ayant été atteint, voici la redescente du plateau, « décrue », « pic », « plateau », on est en plein vocabulaire géographique et s’agissant de la décrue, on le repère tout de suite bien sûr, ce mot a d’abord pour secteur d’usage celui des rivière, des fleuves qui ayant été en crue voient à un moment donné le volume de l’eau diminuer. On dit plus familièrement au reste que « les eaux baissent ».

Eh bien sûr, la décrue est un mot qui s’explique comme de la même famille que la crue d’une rivière, en somme c’est l’inverse. 

En effet, il y a d’abord eu le mot crue apparu au XIIIe siècle, construit sur le participe passé du verbe croître, du latin crescere, naître, grandir. Le mot a tout de suite désigné la crue d’un fleuve avec notamment un fleuve légendaire pour ses crues, le Nil, déjà évoquée dans la première édition du Dictionnaire de l’Académie en 1694. À l’époque, on faisait le lien avec croître, augmenter, et on parlait aussi de la crue, sur un prix. « Il a eu [acheté] ses meubles sans crue » lit-on en 1694. Au XVIe, apparaissait de manière isolée le mot décrue, mais ce n’est qu’au XIXe qu’il est vraiment né, à partir du verbe décroître. Aux auteurs de mots croisés de définir joliment la décrue : descente de lit ! Celui de la rivière bien sûr. Mais pour la Covid 19, finalement c’est l’inverse. La décrue signifie la sortie du lit, la convalescence, enfin la vraie vie ! 

Mots clés:
  • Livres