Replay du jeudi 22 avril 2021

Le mot du jour : envol

- Mis à jour le

Le spationaute Thomas Pesquet est donc le commandant de la prochaine mission de six mois à bord de la Station spatiale internationale. Mais il ne va pas pour autant oublier de faire du sport, et en utilisant les technologies virtuelles, il va faire du vélo en immersion, et notamment à Paris !

Thomas Pesquet
Thomas Pesquet © Getty

Envol c’est le mot que vous avez choisi Jean 

Eh bien oui, envol, l’envol à Paris et à vélo avec Thomas Pesquet, et donc un peu aussi l’envol à ses côtés dans l’espace. Envol technologique puisque grâce à un casque virtuel, notre spationaute va emprunter des itinéraires existants et notamment donc dans les rues de Paris, mais aussi, de là-haut dans la capsule spatiale, Thomas Pesquet gravira le col de la Gineste près de Marseille. Chaque séance de pédalage dans un circuit virtuel, durera une demi-heure : pas question de perdre en effet de la masse musculaire.  Si en 2016, Thomas Pesquet, ancien pilote de ligne, était devenu le dixième Français à se rendre dans l’espace, il va être le premier spationaute à pédaler dans les rues de Paris mais à 408 km de Paris, dans l’espace. 

Quant au mot envol, on suppose qu’il s’agit dès le départ d’oiseaux qui s’échappent en s’envolant.  

Exactement, et ici ce sera en volant dans l’espace et sur une bicyclette virtuelle. C’est en 1260 que le mot envol est attesté, mais ce qu’on sait moins c’est que le verbe s’envoler dont il est issu a d’abord désigné des étincelles qui s’échappent d’un feu, avant le fait, pour les oiseaux, de prendre leur envol. Des oiseaux aux aéronefs, ce n’est qu’une question de distance. En 1690, Furetière décrit le fait de s’envoler comme l’action de « s’enfuir en l’air à tire d’aile ». Et Furetière de nous offrir alors une belle leçon écologique en signalant que les oiseaux « ne s’envolent que parce qu’ils sont effarouchés », en précisant que « les oiseaux qu’on trouva d’abord en l’Amérique ne s’envolèrent point ». Ils n’avaient pas encore peur des hommes. Eh bien, l’envol pacifique de Thomas Pesquet dans les rues de Paris, c’est sûr ne fera pas peur aux oiseaux et nous fait rêver. Que du meilleur !

Mots clés: